Kenya: Colère et désespoir suite à une flambée du prix des carburants.

Les tarifs avaient déjà augmenté de manière régulière ces derniers mois à cause de taxes nationales plus élevées. Mais le gouvernement avait mis en place une subvention pour limiter justement la flambée des prix de l'essence, du diesel et du kérosène et tempérer la hausse du coût de la vie. Mais voilà, la subvention a pris fin mercredi et les conséquences se sont immédiatement faites ressentir à la pompe. Le prix du carburant a grimpé de 6% dans la capitale, atteignant des tarifs records. Une hausse qui inquiète fortement les kényans.

À la pompe, l'addition est salée pour Kévin Yadah. Chauffeur de moto-taxi depuis deux ans, il est désespéré par la situation. « Je vais gagner moins d'argent. C'est difficile et ça arrive dans une période où on souffre déjà beaucoup car on a été très affecté par la crise du Covid-19. Je rentre parfois chez moi sans pouvoir nourrir ma famille ».

Face à ces prix, Annette Abuya, chargée de communication dans une entreprise kényane est, pour sa part très en colère. « Ça montre que notre gouvernement ne fonctionne pas. Ils ne pensent pas au peuple. Ils doivent faire baisser les prix de l'essence et même punir les responsables, lance-t-elle. Parce que comment est-ce que l'on peut arriver à des tarifs aussi élevés ? Ce n'est pas juste pour les citoyens. »

Cette flambée du prix des carburants se répercute déjà sur le coût de la vie. Dorcas Gitau, propriétaire d'un petit magasin l'a constaté. « Mes dépenses ont terriblement augmenté. Quand je vais au marché pour acheter des légumes, les prix sont plus élevés parce que les vendeurs compensent l'augmentation de leurs coûts de transport. Cette hausse affecte tout le monde, particulièrement ceux en bas de l'échelle », explique-t-il.

Les prix à la pompe devraient encore augmenter dans une quinzaine de jours, avec l'entrée en vigueur à partir du 1er octobre d'une taxe indirecte sur le carburant de près de 5%.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X