Gabon: Un projet de loi durcissant les critères d'éligibilité à la présidence fait polémique

http://www.assemblee-nationale.ga/
Assemblée Nationale Gabonaise

Au Gabon, un projet de loi durcissant les critères d'éligibilité à la présidence de la République adopté lundi dernier par le gouvernement suscite les débats. Selon ce projet, pour être candidat à une élection présidentielle, il faut résider dans le pays durant au moins six mois chaque année durant les deux années qui précèdent le scrutin. Même les diplomates sont concernés. Pour être applicable, le projet doit d'abord être adopté par le Parlement. L'opposition soupçonne un coup tordu à deux ans de la prochaine élection présidentielle.

L'opposant Alexandre Barro Chambrier possible candidat à la présidentielle de 2023 dénonce une « manœuvre visant à éliminer des adversaires ».

Actuellement en France, Victoire Lasseny Duboze, ancienne Secrétaire générale du parti au pouvoir passée dans l'opposition déplore ce nouveau projet de loi. Elle aussi compte se présenter une deuxième fois à la présidentielle.

« Je demande aux députés et sénateurs de ne pas voter en faveur de cette loi discriminatoire et anti-démocratique », a quant à lui plaidé Innocent Bemvone, candidat déclaré depuis les Etats-Unis.

Sur les réseaux sociaux beaucoup de Gabonais soutiennent que cette disposition vise à écarter Omar Denis Junior, fils d'Omar Bongo qui réside à Brazzaville au Congo. Mais Frédéric Bongo, un autre fils d'Omar Bongo envoyé en Afrique du Sud comme attaché de défense serait lui aussi exclu.

« Il faut résider dans le pays pendant une certaine durée pour connaître les réalités des populations qu'on prétend diriger », a de son côté justifié mardi dernier Jessye Ella Ekogha, porte-parole de la présidence de la République.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X