Afrique: Confronté à la chute du naira, le Nigeria s'attaque au marché parallèle des changes

Naira polymer notes

La monnaie nationale nigériane, le naira, est en chute libre sur le marché parallèle depuis que la banque centrale a cessé de vendre des devises étrangères aux bureaux de change à la fin du mois de juillet. Alors que le taux de change sur le marché officiel se maintient à 411 nairas pour 1 dollar, il est tombé jusqu'à 470 nairas pour 1 dollar ces derniers jours. Pour tenter d'endiguer l'effondrement de la monnaie nationale, la banque centrale du Nigeria a encore durci le ton cette semaine.

C'est un outil de référence qui est dans le viseur des autorités nigérianes : le site web Aboki FX, qui donne depuis 2014 les taux de change sur le marché parallèle des devises. La banque centrale du Nigeria accuse le fondateur du site de manipuler les taux de change, ce qui aurait pour conséquence de « tuer » l'économie nigériane, selon le gouverneur de l'institution bancaire.

Dans un communiqué, le fondateur d'Aboki FX a totalement nié ces accusations. Mais il a tout de même suspendu les activités de son site web « jusqu'à nouvel ordre », en disant espérer que cela permette une appréciation du naira dans les jours qui viennent.

La banque centrale, qui refuse de reconnaître un taux de change différent de celui qu'elle applique, a tout de même dû dévaluer la monnaie nationale trois fois depuis mars 2020, pour faire face à la chute du prix du baril de pétrole. La pénurie de dollars au Nigeria pousse de plus en plus de particuliers et d'entreprises vers le marché parallèle, accentuant encore l'écart entre taux de change officiel et officieux.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X