Congo-Kinshasa: Plébiscité par le Conseil national du parti - URR - Georges Mukuna désormais aux commandes

C'est un vent nouveau qui souffle au sein de l'Union pour le Renouveau Républicain (URR). Tenez ! Après la disparition inopinée et brutale de deux Patriarches et témoins oculaires de l'histoire politique du Congo-démocratique, à savoir Tshimbombo Mukuna et Kitenge Yesu, vendredi 17 septembre 2021, Georges Mukuna a été, finalement, désigné Autorité morale et Chef du parti par le Conseil national de l'URR. Sans pourtant remplacé les deux icônes qui ont été rappelés par le Très haut, il les succède en prenant la tête de cette grande formation politique.

Une lueur d'espoir, mieux, un nouveau départ pour ce parti politique qui soutien sans relâche les actions du Chef de l'Etat, Félix Tshisekedi, dans sa vision incarnée par l'Union sacrée de la Nation. La nouvelle autorité morale de l'URR a rappelé à ses troupes le devoir des pères fondateurs envers le Président de la République : l'accompagner et l'aider à réussir son mandat et son engagement envers les congolais. En effet, après le plébiscite de Georges Mukuna, le secrétaire général de cette formation politique, M. Paul Lohalo Onyemba, qui assumait jusque-là l'intérim, lui a remis les insignes du parti. Il a laissé entendre que "l'autorité morale est le gardien du temple de l'URR, dont la mission étant de veiller à la bonne marche du Parti et qui accepte, par conséquent, de porter les poids financiers. Il est, sans doute, un garde-fou contre les risques et dérapages politiques et idéologiques du parti, sans oublier l'organisation du congrès".

Face aux enjeux et autres impératifs politiques, il fallait mettre un terme à cette double sensibilité et combler, en attendant la tenue du Congrès, le vide créé à la tête du parti par la disparition de deux leaders, a renchéri Paul Lohalo au terme de la cérémonie.

Tout en annonçant la tenue prochaine du congrès qui permettra aux congressistes de choisir le président du parti, Paul Lohalo Onyemba signale que l'URR fait face à d'énormes difficultés d'ordre financier. «Il fallait la convocation du Congrès pour permettre aux congressistes de choisir le Président du Parti. Mais, il y a un obstacle de taille placé sur le chemin de la tenue du Congrès, c'est celui des moyens financiers que le Parti n'a pas à cet instant. Au congrès du parti, toutes les ambitions s'exprimeront et les congressistes trancheront pour les uns et contre les autres. Les heureux élus assureront la charge de piloter le parti», a-t-il précisé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X