Nigeria: Les journées «villes mortes» dans le Biafra portent un coup à l'économie nigériane

Nnamdi Kanu addressing a rally after the invasion

Des journées « villes mortes » dans le sud-est du Nigeria à l'appel des séparatistes ont coûté plusieurs millions de Nairas à l'économie. C'est ce que révèle un nouveau sondage publié le 13 septembre. Depuis le 9 août 2021, le mouvement des peuples indigènes du Biafra, Ipob, appellent les habitants à ne pas sortir les lundis.

L'objectif de ses journées « villes mortes » est de dénoncer la détention de leur leader Nnamdi Kanu, arrêté à la fin juin à l'étranger et remis aux autorités nigérianes de manière floue. Interrogés par le cabinet de recherche SBM Intelligence, un millier de personnes dans les cinq États du sud-est disent soutenir cet appel à rester à la maison.

Mais ils n'ont pas vraiment le choix, explique Ikemesit Effiong, chargé de recherche chez SBM : « Notre enquête a révelé que les journées "villes mortes" sont relativement suivies dans le sud-est du pays, mais qu'en général les gens les suivent par peur des représailles. Les mêmes personnes sondées affrontent une situation économique difficile, car cet appel à rester à la maison rend les rues désertes, entrainent la fermeture des entreprises et les écoles tournent au ralenti. Pas moins de 60% des personnes sondées déclarent que ces journées les ont impactées de manière disproportionnée. »

Stratégie classique

Ikemesit Effiong rappelle que c'est une stratégie classique du mouvement séparatiste du Biafra : « Le mouvement ipob a déjà recouru à cette stratégie par le passé, notamment lors de commémorations pour l'indépendance du "Biafra", le 30 mai. Le mouvement séparatiste organise également des opérations villes mortes le jour de l'indépendance du Nigeria, le 1er octobre. Pour l'arrestation de Nnamdi Kanu c'est la même stratégie qui est revenue. »

Le chargé de recherche craint toutefois que cela puisse dégénérer : « Le mouvement risque de se radicaliser, en demandant aux gens de descendre dans les rues pour des manifestations de grande ampleur. Il pourrait s'ensuivre une répression gouvernementale. À l'approche de quelques événements significatifs, le risque d'escalade est réel. »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X