Guinée: Siguiri - Les citoyens de Dorah demandent justice après l'assassinat d'un de leur

20 Septembre 2021

Un affrontement entre des citoyens de deux districts autour d'un domaine en état d'explication a fait un mort le 31 août dernier. Depuis cette date, les citoyens attendent toujours que justice soit faite.

C'est le district de Dorah et celui de Badamako qui depuis des années sont opposés. Le 31 août 2021 dernier, les deux localités se sont affrontées sur le domaine conflictuel.

L'affrontement a coûté la vie de Bourlaye Koïta, âgé de 55 ans, marié à trois femmes et père de 10 enfants.

Dès après cet affrontement, le tribunal de première instance de Siguiri a déployé une équipe sur le terrain pour s'enquérir des réalités mais pour le moment aucune poursuite n'est envisagée.

Interrogé sur ce problème, le président de district de Dorah Naromba Sidiki Koita, témoigne:

« Depuis le 31 août 202, les deux villages se sont affrontés. Aucune poursuite judiciaire n'est engagée pendant qu'il ya eu mort d'homme. Les auteurs de cet assassinat ne sont pas arrêtés. J'ai fait plusieurs jours à Siguiri ville, parce-que si je me rends au village, ils me diront que je suis incapable. Finalement, ils vont prendre des armes pour se venger« .

Les citoyens de la localité pointe un doigt accusateur sur le tribunal de première instance de Siguiri parce que selon eux, les présumés coupables de l'assassinat de Dorah n'ont pas été mis aux arrêts.

Il faut le rappeler que le district de Dorah relève de la sous-préfecture de Fidako tandis que Badamako est au compte de la sous-préfecture de Kouremalen.

La situation reste toujours tendue entre les deux localités.

Affaire à suivre !!!

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X