Tchad: Les aiguilleurs du ciel sont en colère

La colère les aiguilleurs du ciel au Tchad est causée par le peu de considération accordée par les autorités à ce secteur où la gabegie financière et les nominations de complaisance font courir au pays le risque de devenir une destination à risque.

Ils sont une vingtaine. Des cadres et spécialistes de la navigation aérienne civile qui ont décidé d'attirer l'attention de leur ministre de tutelle à travers une lettre ouverte publiée il y a quelques jours.

La missive dénonce la nomination de comptables et de statisticiens à des postes techniques comme la certification des vols ou la gestion des aéroports. Plus grave, le nouveau directeur général adjoint de l'autorité de l'aviation civile est un jeune à peine sorti d'école alors que les textes qui encadrent la profession exigent un minimum de dix ans d'expérience professionnelle.

Pour une reconsidération des nominations

Ces agissements mettent en péril le Tchad qui ne respecte pas les directives de l'aviation civile internationale. « Nous risquons de mettre en péril des vies humaines », affirment les cadres mécontents ; « et les compagnies aériennes sérieuses risquent de déserter la destination Tchad », alertent les aiguilleurs du ciel qui invitent les autorités à reconsidérer ces nominations. Pas de réponse pour le moment du côté de ministère de tutelle où c'est le silence radio.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X