Afrique: Document - La Banque mondiale abandonne le Doing Business

Classement Doing business 2014

Un coup dur pour mesurer le baromètre du climat des affaires d'un pays donné. La Banque mondiale, à cause de manœuvres frauduleuses, décide de ne plus publier le Doing Business.

Depuis l'édition 2020, la Banque mondiale avait suspendu la publication du Doing Business aux fins de mener une enquête sur des irrégularités constatées dans la manipulation des données. Ce jeudi 16 septembre, l'institution annonce l'arrêt définitif des publications.

La Banque mondiale ne publiera plus de rapport Doing Business. L'annonce vient d'être faite par l'institution dans un communiqué. Pourtant il s'agit d'un dossier référentiel sur la température des climats des affaires pour chaque pays donné. Un outil essentiel pour les décideurs politiques, les opérateurs économiques, les bailleurs de fonds et les investisseurs potentiels.

La Banque indique avoir pris cette décision à la suite de la publication des conclusions d'une enquête diligentée sur les irrégularités révélées dans les données des éditions 2018 et 2020 du rapport. Ces irrégularités avaient suscité un tollé mondial, vu le prestige et l'importance de ce classement pour les États souhaitant notamment attirer les investisseurs étrangers au sein de leurs économies.

« La confiance dans les travaux de recherche du Groupe de la Banque mondiale est d'une importance capitale. Ces travaux guident les actions des décideurs politiques, aident les pays à prendre des décisions mieux éclairées et permettent aux parties prenantes de mesurer les progrès économiques et sociaux avec plus de précision » a indiqué l'institution de Bretton Woods dans son communiqué. Et d'ajouter: « Après avoir examiné toutes les informations disponibles à ce jour sur le rapport Doing Business, y compris les conclusions d'examens et audits antérieurs et le rapport rendu public aujourd'hui par la Banque au nom du conseil des administrateurs, la direction du Groupe de la Banque mondiale a pris la décision de mettre un terme à la publication du rapport Doing Business».

Des pressions

Selon les premières conclusions de l'enquête, plusieurs membres de la Banque mondiale auraient subi des pressions pour manipuler les données utilisées dans ce rapport qui permet de mettre en lumière les efforts réalisés par les Etats pour améliorer le climat des affaires dans leurs pays. Ces pressions seraient essentiellement venues de la Chine, de l'Arabie saoudite, des Emirats arabes unis et de l'Azerbaïdjan notamment.

Parmi les personnalités impliquées dans cette affaire figurent de hauts cadres de l'équipe de l'ancien président du groupe de la Banque mondiale Jim Yong Kim qui, rappelons-le, avait démissionné de son poste à 3 ans de la fin de son mandat, ainsi que l'ancienne directrice exécutive de la Banque et actuelle directrice générale du FM I, Kristalina Georgieva. Dans un communiqué publié ce jeudi, la responsable s'est d'ailleurs offusquée de ces accusations, affirmant être « en désaccord avec les conclusions et les interprétations de l'enquête ».

Faut-il le rappeler, plusieurs économistes au sein même de la Banque mondiale avaient déjà remis en cause l'intégrité du rapport Doing Business, notamment concernant les méthodes de calculs utilisées. De plus, il était critiqué par plusieurs organisations de la société civile, qui estimaient que bien trop de gouvernements mettaient en place des réformes législatives uniquement pour grimper dans le classement sans que cela n'ait un réel impact sur le niveau de développement dans leurs pays.

Encore une fois, les principaux pays impliqués dans ce scandale sont des puissances économiques, disposant du poids nécessaire pour faire pencher en leur faveur des rapports comme celui du Doing Business. À l'aune de ces nouveaux développements, difficile de ne pas se demander si les classements des pays pauvres moins puissants pour exercer ce type de pression, ont été véritablement objectifs.

« À l'avenir, nous nous emploierons à élaborer une nouvelle approche pour évaluer le climat des affaires et de l'investissement », a indiqué la Banque mondiale dans son communiqué.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X