Libye: Crise libyenne - Le respect du calendrier électoral, l'unique solution pour sortir de la crise (M. Bourita)

Le maréchal Khalifa Haftar

Rabat — Le respect du calendrier des élections présidentielle et législatives, prévues le 24 décembre prochain, est l'unique solution pour sortir de la crise en Libye, a affirmé, mardi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, M. Nasser Bourita.

La crise de la légitimité en Libye ainsi que la dualité et la multiplicité des institutions ne pourraient être résolues qu'à travers un exercice démocratique auquel devront être associés tous les Libyens, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le président du Haut Conseil d'État libyen, M. Khaled Al Mechri, à l'issue de leurs entretiens.

M. Bourita a ajouté que le Maroc a toujours considéré le Haut Conseil d'Etat libyen comme un élément important dans tout processus politique pour sortir de la crise libyenne, notant que la visite de M. Al Mechri au Maroc est une opportunité pour discuter du processus politique en Libye, son évolution et les obstacles qui peuvent l'entraver.

Le ministre a fait état d'une évolution significative sur la voie de la réussite des scrutins présidentiel et législatif en Libye en termes notamment de références juridiques et des institutions responsables de la tenue de ces échéances, en plus de l'appui international au processus électoral, mettant l'accent sur la nécessité de l'adhésion de tous les Libyens et de toutes les institutions à ces références pour que l'opération puisse se dérouler dans les meilleures conditions.

Il a relevé, en outre, que la stabilité des institutions exécutives issues du dialogue politique libyen est essentielle pour la réussite de ces échéances selon les délais impartis.

A cet égard, M. Bourita a souligné que le Maroc appuie la stabilité des institutions exécutives en Libye et des institutions issues d'un accord politique, comme la Chambre des représentants et le Haut Conseil de l'État, affirmant que les attentes des citoyens libyens ne sauraient être réalisées qu'a travers un Exécutif stable issu du dialogue politique libyen.

Il a également noté que les récents entretiens avec le président de la Chambre des représentants libyenne, M. Aguila Saleh, ainsi qu'avec l'émissaire américain pour la Libye et l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye, en plus de cette rencontre avec le président du Haut Conseil d'État libyen, s'inscrivent dans le cadre de l'approche marocaine tendant à favoriser le dialogue entre les Libyens pour surmonter les obstacles et atteindre des consensus autour des prochaines étapes du processus politique, notamment la question des élections.

Le Maroc, a conclu M. Bourita, poursuivra, conformément aux Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, à jouer son rôle pour favoriser le dialogue entre les acteurs libyens dans l'objectif d'atteindre des compromis qui permettront de tenir les prochaines échéances dans les meilleures conditions et d'aider la Libye à sortir de la crise institutionnelle pour servir ses citoyens et réaliser la stabilité et la sécurité.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X