Burundi: Les attaques à répétition suscitent l'inquiétude

Vue de Bujumbura, capitale du Burundi.
21 Septembre 2021

Les autorités ont renforcé les mesures de sécurité après trois attaques à la grenade survenues lundi (20.09.2021) ayant fait au moins deux morts et 102 blessés.

Les grenades ont été jetées dans des parkings de bus de transport en commun, d'où le nombre important de victimes des civiles qui inquiète les habitants de Bujumbura. Arielle Ndihokubwayo a eu la jambe cassée durant l'attaque.

" J'étais assise dans un bus. Au lieu de démarrer, on a entendu des bruit derrière, on a cru que c'était un pneu qui explosait. Nous sommes sortis du bus, certains par la portière d'autres par les fenêtres. Après des gens ont appelé un bus pour nous transporter à l'hôpital. On était tous blessés, certains d'entre nous ont eu la jambe à moitié cassée, d'autres saignaient " raconte Arielle sur son lit d'hôpital.

Lire aussi : Burundi : au moins trois morts dans des attaques

La réaction des autorités

Le ministère en charge de la Sécurité publique qualifie ces attaques de terroristes. Il appelle la population à redoubler de vigilance dans les lieux de grands rassemblements et à dénoncer tout comportement susceptible de perturber la sécurité. Au nom de l'exécutif burundais, le premier ministre Alain Guillaume Bunyoni s'est rendu dans l'un des hôpitaux de Bujumbura qui ont accueilli les victimes. Il promet que la totalité des factures de soins des victimes sera réglée par les autorités.

Lire aussi : Burundi: le président fait face à des incursions armées

Ce soir, les habitants de Bujumbura se sont dépêchés de rentrer chez eux, plus tôt que d'habitude. Les attaques à la grenade survenues pour la seconde fois en moins de quatre mois, font suite aux tirs de mortiers contre l'aéroport international Melchior Ndadaye, de samedi (18.09.2021).

Le lendemain, le mouvement rebelle Résistance pour un État de Droit, le RED-Tabara, a publié un tweet pour revendiquer les tirs sur l'aéroport.

Au micro de la DW, une des porte-parole du mouvement Red-Tabara, Justine Ntwari, affirme que ce groupe armé n'est par contre pas à l'origine des tirs de grenade de lundi sur des zones habitées par des civils. Elle déclare que le mouvement Red-Tabara "condamne ces attaques barbares" et exprime sa "solidarité aux victimes".

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X