Cote d'Ivoire: Élection à la présidence de la Fédération ivoirienne de taekwondo - Me Yacé a déposé son dossier de candidature

21 Septembre 2021

Annoncé candidat à l'élection à la présidence de la Fédération ivoirienne de taekwondo, du 30 octobre prochain, Me Jean-Marc Yacé, ceinture noire 5e Dan Kukkiwon, président d'honneur d'Hambak Taekwondo club de la Riviera-Golf a franchi le pas, lundi.

Accompagné par son directeur de campagne Me Koné Souleymane Roël (Cn 6e Dan), il a fait acte de candidature officiellement en déposant son dossier au secrétariat général de la Fédération ivoirienne de taekwondo, conformément aux statuts et règlement intérieur de ladite structure.

« Je traduis ainsi ma ferme volonté de diriger la Fédération ivoirienne de taekwondo. Je veux apporter un plus et maintenir le cap après ce qui a été fait par l'équipe sortante. Il faut que l'équipe ivoirienne rayonne toujours au niveau international et national. Nous avons de nombreux jeunes compétents. Il faut davantage les encadrer pour que la discipline soit toujours une référence aussi bien au niveau sous-régional, régional, qu'international », a indiqué Me Jean-Marc Yacé.

Un acte fort apprécié au sein de la communauté de taekwondo-in en Côte d'Ivoire. «Yacé est un vrai mordu de taekwondo. Il donne tout pour l'épanouissement de la fédération, des athlètes, etc. C'est le successeur idéal du président Bamba Cheick Daniel et nous entendons faire bloc autour de sa candidature afin qu'au soir du 30 octobre, il prenne les rênes de la fédération », déclarait l'un des grands maîtres, Salif Mangala, vice-président de la Fitkd.

Ingénieur en radio télécommunication de formation, Me Yacé est directeur général d'une société maritime de renom, qu'il a contribué à créer en 2001. Un chef d'entreprise accompli doublé d'un sens de diplomatie remarquable ; ce qui lui vaut d'ailleurs d'être Consul Honoraire des États-Unis du Mexique en Côte d'Ivoire.

Un passionné d'arts martiaux, particulièrement de taekwondo qu'il pratique depuis l'âge de 12 ans, il est maire de la commune de Cocody et vice-président de la Fédération ivoirienne de taekwondo. En tout cas, il ne cache pas sa détermination à aider la discipline à régner plus longtemps en Côte d'Ivoire et dans le monde.

Vers un duel Yacé-Zunon ?

En face du candidat Yacé, il y a une première velléité de candidature, celle de Me Alain Séri Zunon. Magistrat hors hiérarchie, il avait quitté la Côte d'Ivoire en 1981 pour la France où il a poursuivi ses études de droit. Il avait la Ceinture bleue. Aujourd'hui, il est Ceinture noire 4e Dan. De retour au pays, son maître, ami et frère Bamba Cheick Daniel l'avait coopté dans son comité directeur de la Fitkd où il est resté jusqu'après les Jeux olympiques de 2016.

Las d'attendre, en vain, la passe de son ami, qui bouclait ses deux mandats à la tête de fédération, il a choisi la voie de la rupture. Me Zunon Alain n'était jamais loin de toutes les tentatives de déstabilisation du taekwondo depuis 2017. « Tout le monde le sait. Comment quelqu'un qui a lutté pour qu'on nous arrache le terrain sur lequel la Corée nous a bâti un centre de plus six milliards de F Cfa peut prétendre venir s'asseoir dans ce temple ? Les taekwondo-in ivoiriens ne sont pas dupes, attendez et vous verrez », fulmine un président de Ligue, très remonté.

Contrairement à Me Yacé qui est très actif sur le terrain en tant que pratiquant et dirigeant, Me Zunon est étrangement à l'écart. Les haut faits d'arme, de ce dernier, c'est d'avoir participé au comité directeur du président Bamba Cheick Daniel et d'avoir fait venir en Côte d'Ivoire un jeune espoir vite déçu, Firmin Zokou. Me Zunon a annoncé sa candidature au cours d'un point-presse, dimanche à la Riviera.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X