Madagascar: Naufrage à Soalala - Deux personnes portées disparues

Un boutre a quitté clandestinement Mahajanga mercredi vers 2h du matin, sans avoir avisé les autorités maritimes locales, « bien que les documents de cette embarcation soient en règle ».

MAIS malheureusement, le navire a coulé à l'embouchure Boeny-Aranta près de la presqu'île Makamby. Les mesures de sécurité n'étaient pas respectées car les passagers n'ont pas porté de gilet de sauvetage, selon le reportage d'une station de télévision locale.

Le boutre transportait des marchandises telles que des tables-banc et des boites de peintures et plusieurs tuyaux en PVC, pour une école à Soalala. Le poids total chargé du bateau est de 10 tonnes, mais les charges de ces marchandises n'ont même pas dépassé 3 tonnes, d'après les renseignements.

Le moteur du navire était tombé en panne dix minutes après le départ. Puis il a commencé à couler. Sur les sept passagers à bord du navire, trois personnes sont portées disparues. Les trois membres de l'équipage et deux autres passagers étaient sains et saufs.

Le corps de la dame, propriétaire des marchandises et opérateur économique, était retrouvé dimanche dernier, après les recherches effectuées par la gendarmerie nationale et l'APMF.

Venus de Tana

Deux autres corps restent introuvables. Un jeune naufragé, sain et sauf raconte ce qui s'était passé cette nuit du mercredi 15 septembre.

« Nous étions partis vers 2h matin pour aller à Soalala. Nous étions venus de Tana pour travailler là-bas. J'ai senti que l'arrière du navire était aspiré vers la profondeur et deux minutes après nous étions engloutis dans l'eau. Le commandant du bateau nous a conseillés de nous accrocher sur les bidons sinon nous risquons de mourir. Je m'étais agrippé sur un table-blanc puis après sur un bidon longtemps malgré la fatigue. La patronne n'a pas pu s'accrocher à quelque chose et a été immédiatement sombrée sous les eaux. Une vedette m'a sauvé en plein milieu de l'eau et les autres étaient rattrapés par un autre esquif. Mon camarade est encore introuvable », a témoigné le jeune rescapé. Les enquêtes sont ouvertes par la Gendarmerie nationale et l'APMF.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X