Ghana: Nouvelle journée de manifestation contre le coût de la vie

Après avoir déjà battu le pavé début août, des centaines de jeunes Ghanéens sont à nouveau descendus dans la rue mardi, jour de la fête nationale, avec le même mot d'ordre : « Redresser le pays ».

Des centaines de jeunes Ghanéens, en colère contre la vie chère, ont défilé dans la ville de Takoradi, dans l'ouest du pays, sous le mot-dièse « Fix the Country » pour réclamer des réformes sociales et économiques. Ce mouvement social né en mai dernier, qui demande une meilleure gouvernance veut s'installer dans la durée, malgré une mobilisation en baisse.

Moins nombreux que les 20 000 manifestants du 4 août dernier à Accra, mais tout aussi déterminés, mardi, les manifestants ont dénoncé la hausse du prix du carburant, à l'origine du mouvement social. Mais ils scandaient également des slogans plus politiques, appelant à un changement de régime.

Récupération politique

« Nous n'arrêterons pas tant que nous n'aurons pas réussi à changer la Constitution de 1992 pour en obtenir une plus démocratique et plus juste. Rappelez-vous que c'était Jerry Rawlings, le fondateur du NDC, le parti de l'opposition, qui a promulgué cette Constitution frauduleuse qui a créé un système oppressif au Ghana. Toute accusation qui prétend que notre mouvement est récupéré par le NDC est fausse », explique Hardi Yakubu, militant de l'ONG Freedom Fighters League et qui plaide pour une nouvelle Constitution.

Les accusations de récupération ont été lancées le mois dernier par le parti au pouvoir. Et en réponse au mouvement « Fix the Country », le camp présidentiel de Nana Akufo-Addo a créé sa propre version : « Fixing the Country ». Une nuance qui signifie que le président est en train de redresser le pays.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X