Cameroun: Gestion du quotidien - Les biens font leur tontine

Ces formes de cotisation ne permettent plus de bénéficier de l'argent, mais aussi des denrées alimentaires et du matériel de maison.

Dans sa penderie, sont rangées une bonne quinzaine de paires de draps. Fleur Kenfack a obtenu la moitié de cette literie grâce à une tontine. « Tous les dimanches, chaque membre envoyait 2600 F par Mobile Money à une personne. Pour un total d'environ 28 000 F. Pour chaque tour, la responsable du groupe envoyait des images de draps et tu faisais ton choix. Elle allait ensuite faire les achats qu'elle livrait au bénéficiaire », explique-t-elle.

Le principe est simple. Un groupe WhatsApp est créé et en fonction de la formule choisie, par mois ou par semaine, une somme d'argent est déposée dans le compte Mobile Money de l'administrateur. Les courses sont ensuite faites pour le bénéficiaire. Ce qui peut se faire en sa présence ou pas. Dénominateur commun de la pratique : l'argent n'est remis au bénéficiaire à aucun moment.

Ces nouvelles formes de tontines prospèrent. Si auparavant, elles se limitaient davantage aux bouteilles d'huile ou morceaux de savon, la gamme de produits s'élargit désormais. Il y en a ainsi pour le mobilier de maison, les produits d'entretien, les objets de décoration, les vivres frais, etc. Médecin, Sylvia N. vient de bénéficier d'une tontine d'équipements.

« Je suis récemment sortie de l'école. En attendant d'avoir de gros moyens, il faut bien se réaliser. Avec quelques amies, nous avons pensé à une cotisation pour équiper nos petits intérieurs. La cotisation mensuelle est fixée à 25 000F pour 12 membres », explique-t-elle. Selon le principe, le bénéficiaire du mois indique ce qu'il souhaite avoir et le lieu potentiel où en trouver à bon prix. Une délégation s'occupe du reste. « Il arrive aussi que le matériel choisi soit au-dessus de la cagnotte collectée. La personne bénéficiaire peut compléter », poursuit Sylvia N.

Patricia Loulouga a pris cette option pour mieux gérer les charges quotidiennes. Pas moins de six cotisations pour cette jeune mère de famille vivant dans la capitale économique. Equipements, produits d'entretien, petit déjeuner, rideaux, produits de mer, tout y passe. Selon elle, la vie est plus simple avec ces formes d'épargne. « On dispose surtout d'un stock important et de qualité à la fin du mois pour satisfaire sa famille », assure-t-elle. En déboursant environ 50 000F chaque mois dans ces formes d'épargne, il est aisé de constituer des stocks pour plusieurs mois.

« Pour ma tontine équipements par exemple, je débourse 20 000 F chaque mois. S'agissant des produits d'entretien, petit déjeuner et rideaux, je mets 10 000 F de côté », souligne Patricia Loulouga. Et ce n'est pas tout. « Nous avons voulu démystifier la consommation des produits de mer. Désormais, avoir des crabes ou des gambas à sa table est possible », se réjouit la mère de famille. Et les finances ne s'en portent pas plus mal à la fin de chaque mois.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X