Cameroun: Nouvelle ère à Xinhua

interview

Le bureau de Yaoundé de l'agence de presse Chine Nouvelle sera désormais dirigé par Luo Yu.

Luo Yo prend la tête du bureau de Yaoundé de l'agence de presse Chine Nouvelle (Xinhua). Succédant à Qiao Benxiao, le journaliste, titulaire des diplômes de licence de la langue française et de Master sur la communication sino-occidentale à l'Institut de diplomatie de Chine, rentre à Xinhua il y a quelques années comme rédacteur du desk français. Il est ensuite journaliste dans le bureau de Ningxia, avant d'être affecté au Cameroun, où il assume ce nouveau poste. Luo Yo nourrit déjà des ambitions éditoriales quant à son lieu d'affectation.

D'après lui, « le Cameroun est un vaste territoire qui donne naissance à des diversités ethnique et linguistique, outre les huit régions francophones, il en existe deux anglophones, où réside une richesse culturelle pour le reportage ». L'agence Chine Nouvelle qui célèbrera bientôt ses 90 ans est un témoin privilégié des relations d'amitié entre la Chine et le Cameroun. Dans un entretien avec CT, Qiao Benxiao, représentant sortant de Xinhua au Cameroun revient sur cette coopération sino-camerounaise, et sur la vocation de Xinhua qu'il délègue à son remplaçant, celle de s'engager dans la responsabilité de faire remarquer à la Chine et au monde entier un Cameroun vrai, multiculturel et émergent.

L'agence de presse Chine Nouvelle va bientôt célébrer ses 90 ans d'existence. Comment appréciez-vous la place qu'occupe votre structure dans l'univers médiatique mondial ?

Créée le 07 novembre 1931, l'agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle) fête bientôt ses 90 ans. Elle est l'agence de presse officielle de Chine, et aussi une agence de presse internationale qui figure aujourd'hui parmi les grandes agences de presse modernes dans le monde, avec ses 180 bureaux à l'étranger, dont le bureau de Yaoundé au Cameroun. En Afrique, Xinhua est le premier média chinois installé sur le continent. Le bureau de Yaoundé, qui couvre l'actualité du Cameroun et de la sous-région, a été créé le 18 août 1972, seulement un an après l'établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays. Contrairement à certains médias occidentaux, Xinhua tient à présenter à nos abonnés à travers le monde une Afrique en marche. Au Cameroun, nos reportages ouvrent aussi une fenêtre pour les Camerounais désireux de mieux connaître la Chine, ce vaste pays ami du Cameroun, et comme le disait S.E. Paul Biya, un partenaire stratégique.

Au Cameroun précisément où vous avez une agence, l'actualité a été assez mouvementée ces derniers temps, avec des crises à la fois sur les plans sanitaire et socio-politique. Comment Chine Nouvelle s'est-elle déployée pour rendre compte sur le terrain de ladite actualité ?

Xinhua suit de près l'actualité camerounaise, et la traite de façon objective, équilibrée et constructive. S'il est vrai que les mutations sont parfois « mouvementées », l'unité nationale, la sécurité, le bien-être du peuple, le développement du pays... ce sont des valeurs que nous partageons tous, au Cameroun comme en Chine, et la presse doit y contribuer. Pour citer quelques exemples, nous avons écrit sur les mères et les enfants au camp de Minawao, ils ont pu enfin manger à leur faim grâce à l'accueil des autorités camerounaises, appuyées par la communauté internationale comme la Chine qui a fait des dons alimentaires. Nous avons accompagné la petite Kelsy, native de Kumbo, sur son chemin d'école à Foumban. Cette jeune déplacée interne a eu le courage de dire « non » aux années blanches imposées par des séparatistes armés. Nous avons également interviewé le personnel soignant camerounais et la mission médicale chinoise. Ils se sont mis au premier front de la lutte dès la déclaration du premier cas de Covid-19 au Cameroun en mars 2020.

Justement, comment orientez-vous votre manière de traiter l'information : est-ce une information camerounaise pour un public chinois, ou est-ce que vous présentez la Chine sous un autre jour aux Camerounais ?

Nous travaillons sur la compréhension mutuelle. Nous sommes fiers d'être la principale source d'information du Cameroun pour nos centaines de millions de lecteurs chinois, et nous sommes ravis de voir que de plus en plus de Camerounais commencent à connaître ou reconnaître la Chine, beaucoup d'entre eux à travers Xinhua. Nos reportages sont fondés sur les faits, et les faits sont assez parlants : la Chine est un ami sincère et un partenaire fiable de l'Afrique. Le Cameroun est sur le chemin de l'émergence, et la coopération Chine-Cameroun est fructueuse et mutuellement bénéfique.

Il y a dix ans, Chine Nouvelle couvrait quatre pays d'Afrique centrale, à savoir le Cameroun, la Guinée équatoriale, la Centrafrique et le Tchad. Avez-vous augmenté votre rayon d'action sur le continent ?

Notre bureau de Yaoundé couvre toujours ces quatre pays. Le reste du continent est assuré par nos différents bureaux nationaux et sous-régionaux, avec le bureau régional Afrique basé à Nairobi au Kenya. En fait, comme Xinhua est une agence de presse mondiale, notre couverture est mondiale et en temps réel. S'agissant du bureau de Yaoundé, bien que la portée géographique reste sans changement, notre équipe est plus que jamais renforcée. Depuis 2019, nous travaillons avec nos correspondants locaux francophones et anglophones, ainsi que nos caméramen et photographes. Nos reportages sont multilingues et multimédia, ce qui correspond bien au caractère multidimensionnel de l'actualité camerounaise et sous-régionale.

Quel type de relations votre agence entretient-elle avec les médias locaux camerounais ?

Les amis des médias locaux sont avant tout nos confrères et consœurs. Nous nous retrouvons toujours sur le terrain, et j'ai eu la chance de me faire des amis camerounais, avec qui j'ai eu des souvenirs inoubliables. Durant mon mandat, Xinhua a organisé une tournée permettant à une dizaine de médias camerounais, dont Cameroon Tribune bien évidemment, de visiter les principaux projets de coopération sino-camerounaise en une semaine. C'était un grand succès. Nous avons passé de bons moments sur les chantiers. Nous étions là ensemble pour témoigner de l'épanouissement de la coopération entre nos deux pays, et la coopération des médias en fait partie.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X