Burkina Faso: Projet d'assainissement et de drainage de Ouagadougou - Des partenaires techniques et financiers visitent les chantiers

22 Septembre 2021

Des délégations de la Banque européenne d'investissement, de l'Union européenne et de l'Agence française de développement ont visité des chantiers du Projet d'assainissement et de drainage de Ouagadougou (PADO) dans l'arrondissement 4 de la capitale, le mardi 21 septembre 2021.

La première phase du Projet d'assainissement et de drainage de Ouagadougou (PADO), d'un montant de 15 millions d'euros (plus de 9 milliards F CFA), concerne l'aménagement du canal de Tanghin (5 Km et 6 750 ml de caniveaux). Le mardi 21 septembre 2021, des délégations de la Banque européenne d'investissement (BEI), de l'Union européenne (UE) et de l'Agence française de développement (AFD) ont visité le canal ainsi que la bande de la ceinture inscrite dans le PADO. Auparavant, les trois délégations ont eu droit à une présentation du projet à travers une projection vidéo à la mairie de l'arrondissement 4 de la capitale. Le maire de cet arrondissement, Anatole Bonkoungou, a salué cette visite tout en rassurant de la disponibilité du conseil municipal à accompagner le PADO.

A l'occasion de la présentation du PADO aux Partenaires techniques et financiers (PTF), le maire de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, a souhaité que la BEI et l'UE puissent soutenir la ville de Ouagadougou par d'autres financements. Il s'agit de l'aménagement du canal de Somgandé 2 d'un linéaire de 4,4 Km d'environ, 9 milliards 500 millions F CFA, du Schéma directeur de drainage des eaux pluviales de Ouagadougou (actualisation financée par la BAD en 2019) de plus de 10 canaux primaires d'environ 60 Km et plus de 77 500 ml de caniveaux d'assainissement à aménager d'un total de 356 milliards F CFA à l'horizon 2025.

La ceinture verte inscrite dans le PADO

Parmi ces secteurs à financer, figure également l'étude de faisabilité de la centralité de Tanghin (financée par l'UE en 2020) et qui comprend 13 équipements publics dont le coût d'investissement est estimé à 58 milliards 841 millions 811 mille 273 F CFA ainsi que 12 Km de voiries à aménager, d'une valeur de 18 milliards F CFA.

Après l'escale de l'arrondissement 4, les PTF en compagnie du bourgmestre de la capitale ont touché du doigt les préparatifs des travaux d'aménagement du drain de Tanghin. L'équipe, à la suite, a pris connaissance de la bande de la ceinture verte inscrite dans le PADO où travaillent plus de 500 femmes. Selon la directrice des opérations en Afrique, Caraïbes et pacifique, à la BEI, Maria Shaw-Barragan, c'est la « Team Europe » qui est venue échanger avec les autorités centrales et municipales burkinabè dans les domaines d'assainissement et d'adaptation au changement climatique sur le plan notamment agricole. Pour Armand Roland Pierre Béouindé, le choix de Tanghin s'explique par le fait que c'est un quartier situé à proximité des barrages n°2 et 3 avec de nombreux bas-fonds.

« Malheureusement, quand il pleut, il y a des inondations. C'est vrai qu'il y a beaucoup d'efforts qui ont été faits mais aujourd'hui, des canaux primaires doivent être réalisés et nous en avons fait le plaidoyer auprès de l'Union européenne », a-t-il expliqué. Le maire Béouindé a indiqué qu'actuellement, c'est la phase de recrutement des entreprises en attendant dans trois ou quatre mois, le démarrage officiel des travaux de drainage du canal de Tanghin. « Pour qu'une ville soit viable, il faut l'assainir en réalisant des caniveaux pour permettre aux eaux de s'écouler vers l'exutoire principal de la ville de Ouagadougou à savoir le Parc urbain Bangr-Wéogo et les barrages. C'est un investissement capital pour notre ville », a laissé entendre M. Béouindé.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X