Cote d'Ivoire: Le crash d'un hélicoptère de combat serait dû à la météo

Les mauvaises conditions météo seraient à l'origine du crash d'un hélicoptère de l'armée ivoirienne près de la frontière burkinabé, il y a une dizaine de jours. C'est ce qu'indique le gouvernement ivoirien. Le crash de l'appareil avait fait cinq morts. Les cinq membres d'équipage.

Dans la nuit du 9 au 10 septembre, l'hélicoptère d'attaque Mi-24 de l'armée ivoirienne s'écrase à deux kilomètres au nord de la localité de Togolokaye, dans le département de Téhini, près de la frontière burkinabé.

« Des conditions météo défavorables »

Que faisait précisément l'appareil au milieu de la nuit, dans cette zone où sont signalés régulièrement des jihadistes ? « Il était en mission », se borne à confirmer le porte-parole du gouvernement sans en dire davantage. En revanche, Amadou Coulibaly dévoile des détails sur les causes du crash. « Il serait survenu suite à des conditions météo défavorables », explique-t-il indiquant que les premiers éléments de l'enquête laissent penser que l'hélicoptère de fabrication russe aurait pu être frappé par la foudre. Les enquêteurs qui ont pu exploiter la première boite noire, recherchent toujours la seconde selon le porte-parole du gouvernement.

Les corps des 5 membres d'équipages avaient été retrouvés peu de temps après le crash. Il s'agissait de deux opérateurs ivoiriens et de trois instructeurs de nationalité bulgare, comme l'a confirmé il y a quelques jours l'ambassade de Bulgarie au Nigeria. Vendredi, un hommage sera rendu dans la cour d'honneur de l'État-major aux deux militaires ivoiriens tués. Quant aux instructeurs bulgares, ils recevront les honneurs lors d'une cérémonie à la base aérienne d'Abidjan avant le rapatriement de leurs corps.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X