Ile Maurice: La FSC met en place la National Insurance Claims Database

communiqué de presse

Un événement de sensibilisation axé sur la National Insurance Claims Database (NICD), qui sera mise en œuvre par la Financial Services Commission (FSC) et permettra l'opérationnalisation du système Bonus-Malus, s'est tenu cet après-midi à la FSC House à Ebène. Une vidéo sur la NICD a été lancée à cette occasion.

Les objectifs de cette base de données sont d'être un référentiel de réclamations pour les véhicules à moteur et d'introduire le système de Bonus-Malus. Ce système est fondé sur des primes réduites pour les bons conducteurs et des primes majorées pour les mauvais conducteurs de même que des avantages sous forme de rabais. La NICD vise également à automatiser le système de règlement des sinistres et à améliorer la transparence dans le processus de gestion des réclamations.

Le ministre des Services financiers et de la Bonne Gouvernance, M. Mahen Kumar Seeruttun ; le président de la FSC, M. Mardayah Kona Yerukunondu ; le directeur général de la FSC, M. Dhanesswurnath Thakoor ; et d'autres personnalités étaient présents à l'événement.

Lors de son allocution, le ministre a souligné que le programme gouvernemental 2020-2024 énonce l'agenda du gouvernement pour faire de Maurice un pays sûr, paisible et sécurisé. De ce fait, l'assurance automobile est l'une de nos principales priorités, a-t-il affirmé.

Le ministre a indiqué que le pays enregistre un des taux de motorisation les plus élevés au monde, avec 200 véhicules par kilomètre carré, d'où le risque élevé d'accidents sur les routes. Il a insisté sur la nécessité d'inculquer un sens de responsabilité sociale à tous les automobilistes et usagers de la route face aux nombres d'accidents routiers. « On a enregistré quelque 12 488 accidents de la route au premier semestre 2021 », a-t-il déploré.

Selon le ministre, la NICD encouragera un système de récompense-pénalité, qui garantira à la fois une structure mieux ciblée et responsable afin de protéger les Mauriciens. Il a mis en exergue ses impacts positifs, notamment l'amélioration de la sécurité routière, l'augmentation de la concurrence quant aux services et coûts des différentes compagnies d'assurance, davantage de transparence qui apportera plus d'équité et de rapidité, et la disponibilité de données efficaces qui conduiront à des politiques efficientes.

Notre objectif, a déclaré le ministre, est de rendre le système des réclamations d'assurance juste, légitime et abordable. M. Seeruttun a assuré que le gouvernement fera de son mieux pour amplifier son objectif social avec l'application de telles initiatives.

Quant à M. Dhanesswurnath Thakoor, il a déclaré que la NICD est un référentiel de données sur les réclamations d'assurance automobile, avec la possibilité de les déchiffrer et collationner. En outre, il a souligné que la FSC en tant que régulateur aura une meilleure visibilité sur le processus de gestion des réclamations, et sera en position de veiller à la croissance ordonnée du secteur de l'assurance. Il a ajouté que le système sera un bien public et sera dans l'intérêt de la société dans son ensemble.

Pour sa part, M. Mardayah Kona Yerukunondu a précisé que la FSC a pris des mesures décisives pour agir de manière cohérente selon la politique du gouvernement en numérisant le secteur des services financiers et pour encourager l'innovation en vue de résoudre les problèmes récurrents du secteur des assurances. Le système, a-t-il dit, équilibrera les droits de toutes les parties, et en tant que régulateur et superviseur, la FSC aura un œil vigilant sur le marché de l'assurance.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X