Ethiopie: L'opposition boycottera les législatives dans la région Somali

Ashenafi Meaza, à droite, faisant prêter serment à Abiy Ahmed en tant que Premier ministre éthiopien

En Éthiopie, les plus importants partis d'opposition de la région somali renoncent à participer aux élections législatives complémentaires qui doivent se tenir le 30 septembre. L'ancienne rébellion du Front national de libération de l'Ogaden (l'ONLF), mais aussi le parti de l'ancien dissident Berhanu Nega dénoncent des conditions injustes, destinées selon eux à favoriser le parti du Premier ministre Abiy Ahmed.

Après les législatives du 21 juin dernier, 63 des 547 sièges du Parlement éthiopien restaient à pourvoir. Le scrutin n'avait pas été organisé dans le Tigré en guerre et il avait été reporté en septembre dans les régions Somali et du Harar, officiellement en raison d'irrégularités dans l'impression des bulletins de vote.

Or les discussions entre le gouvernement et l'opposition visant à normaliser la situation ont été un échec. C'est du moins l'avis du puissant ONLF qui a annoncé vendredi son refus de participer. Un refus « avec regret », a rappelé sa direction, puisque sa sortie de la clandestinité en 2018 était motivé par le souhait de participer à la vie démocratique. Ce mardi 21 septembre, c'était au tour du mouvement arrivé troisième au niveau national en juin, le parti Ezema de Berhanu Nega, lui aussi rentré d'exil en 2018, et du parti centriste Liberté et égalité, de renoncer au scrutin.

Tous ont dénoncé le non-respect des accords passés avec la Commission électorale, la mainmise du parti du Premier ministre sur les opérations et les intimidations répétées de leurs membres. Abdi Mahdi, le président de l'ONLF, a déclaré au site d'information Addis Standard : « Il n'y a aucun sens à poursuivre une élection qui a déjà été décidée. »

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X