Afrique: Covid-19 - Cinquante-deux pays ne pourront pas acheter des vaccins

Site de vaccination Covid-19 au Ghana.

Le président américain, Joe Biden, a organisé un sommet mondial sur la covid-19. Il a annoncé un autre don de cinq cents millions de doses de vaccin Pfizer, alors que le dernier rapport de la Banque mondiale indique que cinquante-deux pays - dont la plupart sont des pays à faible revenu -auront du mal économiquement à répondre aux futures pandémies ou même à acheter des vaccins covid-19.

« Aujourd'hui, nous explorons le plan stratégique du Pnud [Programme des Nations unies pour le développement] avec Achim Steiner, mesurant les progrès de la décolonisation du développement, explorant les promesses de la technologie de santé numérique, et bien plus encore », a déclaré Joe Biden.

Le sommet en question était divisé en quatre sessions dirigées par le président américain; l'administratrice de l'Usaid, Samantha Power; la vice-présidente Kamala Harris et le secrétaire d'État Antony Blinken. « Le sommet est censé être un début délibéré jusqu'à la fin de la pandémie », a indiqué un haut responsable de l'administration américaine. Avant le sommet, la Maison- Blanche a diffusé une liste d'objectifs - y compris amener chaque pays à 70% de vaccination - en vue d'établir un accord commun sur ce qu'il faudra pour mettre fin à la pandémie d'ici à 2022 et se préparer aux futures épidémies.

Le président américain pourrait éventuellement reconvoquer les dirigeants mondiaux d'ici au premier trimestre de l'année prochaine. Un nouveau rapport de la Banque mondiale a indiqué qu'environ cinquante-deux pays, dont la plupart sont des pays à faible revenu, auront du mal économiquement à répondre aux futures pandémies ou même à acheter des vaccins covid-19. « Les pays les plus riches doivent reconnaître leurs intérêts dans cette reprise et la soutenir avec des ressources », a laissé entendre Christoph Kurowski, l'auteur principal du rapport. De nombreux pays à faible revenu et autres ne seront pas en mesure de maintenir les niveaux de financement pré-pandémiques de leurs systèmes de santé, compte tenu que la crise de la covid-19 impose des réductions des dépenses publiques globales, a averti la Banque mondiale dans son rapport publié le 21 septembre, intitulé « From double shock to double recovery ».

« Le choc économique de covid-19 menace la capacité des gouvernements à dépenser suffisamment pour la santé, menaçant le rétablissement de covid-19 et la sécurité sanitaire pour tous », a déclaré Mamta Murthi, vice-président de la Banque mondiale, dans un communiqué de presse. Or une reprise économique complète n'est possible sans un déploiement complet des vaccins et d'autres mesures de santé, selon les experts. Les dernières données de la Banque mondiale indiquent que « le financement d'un rétablissement complet de la santé à partir des ressources propres des pays [est] de plus en plus hors de portée ».

Rappelons que les cinquante-deux pays qui devraient voir les dépenses publiques par habitant en deçà de leurs niveaux de 2019 abritent neuf cents millions de personnes, dont 64,3 % vivent dans des pays à faible revenu. Beaucoup de ces pays étaient déjà à la traîne dans leurs efforts pour atteindre la couverture sanitaire universelle, et les tensions supplémentaires s'ajouteront à une divergence mondiale entre les États riches et les États à faible revenu.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X