Afrique: Les dirigeants mondiaux s'engagent à consacrer 5 milliards de dollars à la protection de la nature

Le coup d'envoi du Nature for Life Hub est donné par plus de 20 présidents et premiers ministres, ainsi que par des dirigeants de communautés autochtones et des leaders du monde de la finance, de la philanthropie et de la société civile, qui s'engagent à prendre des mesures capitales pour la nature, le climat et les personnes.

Des chefs d'État, des leaders philanthropiques et des représentants autochtones se sont réunis aujourd'hui pour annoncer des engagements sans précédent en faveur de la protection et de la restauration de la nature, lors de la session d'ouverture du Nature for Life Hub, avec un événement de haut niveau sur les actions transformatrices pour la nature et les personnes, qui coïncide avec la 76e Assemblée générale des Nations Unies.

Neuf organisations se sont engagées à verser 5 milliards de dollars américains au cours des dix prochaines années pour soutenir la création, l'expansion, la gestion et la surveillance de zones protégées et conservées, d'eaux et de mers intérieures, en travaillant avec les peuples autochtones, les communautés locales, la société civile et les gouvernements.

« Ne nous devons pas baisser les bras en ce moment. Au centre de tout cela, l'homme est maître de la suite des événements », a déclaré Achim Steiner, Administrateur du PNUD.

« Les sociétés ont trouvé en elles-mêmes la capacité de s'attaquer à des choses qui n'avaient souvent que trop tardé, soit sur des questions d'inégalités ou d'exclusion, mais aussi sur des investissements dans des transformations systémiques. Nous investissons dans la capacité des uns et des autres, ensemble, à changer la trajectoire du monde. »

L'événement a réuni 22 présidents et premiers ministres, ainsi que des dirigeants de communautés autochtones et des leaders du monde de la finance, de la philanthropie et de la société civile, afin qu'ils s'engagent à prendre des mesures capitales pour la nature, le climat et les populations.

Les neuf organisations philanthropiques ont lancé conjointement le « Protecting Our Planet Challenge », qui vise à garantir la protection et la préservation de 30 % de la planète d'ici 2030, en mettant l'accent sur les lieux les plus importants pour la biodiversité. Les neuf organisations sont les suivantes : Arcadia ; Bezos Earth Fund ; Bloomberg Philanthropies ; La Fondation Gordon and Betty Moore ; Nia Tero ; Rainforest Trust ; Re:wild ; Wyss Foundation ; et la Rob and Melani Walton Foundation.

Il s'agit de l'engagement philanthropique le plus important jamais pris en faveur de la conservation de la nature, que les militants considèrent comme crucial pour débloquer des investissements plus importants dans la conservation, pour combler le déficit de financement afin d'inverser la perte de nature au niveau mondial et pour garantir un monde où la nature trouve toute sa place.

Ursula Von der Leyen, Présidente de la Commission européenne, a réitéré l'annonce selon laquelle l'Union européenne doublera son financement externe pour la biodiversité, en particulier pour les pays les plus vulnérables, faisant preuve d'un leadership qui doit maintenant être égalé par les pays et les institutions du monde entier.

L'événement a également rassemblé des participants du Mouvement de la finance pour la biodiversité (Finance for Biodiversity Pledge), qui réunit 75 institutions financières du monde entier - représentant collectivement 12 000 milliards d'euros d'actifs - qui s'engagent à protéger et à restaurer la biodiversité par leurs activités financières et leurs investissements.

Les annonces faites aujourd'hui envoient un signal fort aux pays pour qu'ils renforcent leurs ambitions en matière de protection et de restauration de la nature avant la 26e Conférence des Parties des Nations unies sur le changement climatique (COP26) qui se tiendra à Glasgow, au Royaume-Uni, en novembre, et la convention sur la biodiversité COP15 qui aura lieu à Kunming, en Chine, en avril/mai 2022. Les engagements pris sont essentiels pour stimuler des investissements supplémentaires dans la conservation et pour mettre fin aux investissements nuisibles - des actions qui, ensemble, combleront l'important déficit de financement pour mettre en œuvre un nouveau cadre pour la biodiversité qui doit être convenu lors de la COP15 ; un déficit de financement actuellement estimé à 700 milliards de dollars par an. Ces actions comprennent également le soutien à un futur plan mondial visant à protéger 30% des océans et des terres de la planète d'ici 2030.

· Plus d'informations : Nature for Life Hub

· Jour 2, 3 et 4 - 4 octobre | 5 octobre | 6 octobre

Pour toute question concernant les médias : Sangita Khadka, Spécialiste de la communication, Bureau du PNUD pour l'appui aux politiques et aux programmes | email : sangita.khadka@undp.org

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X