Afrique Centrale: Lutte contre la Covid-19 - L'Afrique centrale appelée à élaborer des plans synergiques

Les membres du Comité d'éthique institutionnel et scientifique ont recommandé, le 23 septembre, d'élaborer des plans synergiques au niveau de la sous-région pour la lutte contre la pandémie du coronavirus.

La recommandation a été prise à l'issue de la réunion des pays de la sous-région organisée par visioconférence sur le thème « Obligation de la vaccination contre le Covid-19 : au regard des comités d'éthique et des autorités nationales de règlementation ». La rencontre a connu la participation de plusieurs pays, notamment du Tchad, du Cameroun, de la République centrafricaine, du Gabon et du Congo. L'objectif a été de partager les expériences sur les campagnes de vaccination en cours dans les pays d'Afrique centrale.

Le directeur général de la population, président de la Commission vaccination du covid-19, le Dr Paul Oyeré Moke, a expliqué à sa sortie de la réunion que le constat a été le même dans tous les pays de la sous-région : la faible adhésion de la population à la vaccination due à l'insuffisance de communication, la faible disponibilité des vaccins et l'insuffisance de la logistique de vaccination.

Selon lui, la vaccination reste la seule arme pour endiguer la pandémie du coronavirus. A comparer aux autres pays de la sous-région, a-t-il poursuivi, la situation du Congo n'est pas alarmante en matière de vaccination.

« Nous pouvons dire que le Congo est le meilleur parmi les pays d'Afrique centrale, parce que la proportion des personnes vaccinées s'échelonne autour de 2%. Aujourd'hui, nous sommes à 5% des personnes complètement vaccinées par rapport à la cible qui est de plus de trois millions de personnes et à 3% de la population générale qui est estimée à cinq millions de personnes », a-t-il déclaré.

Le ministre de la Santé et de la Population, Gibert Mokoki, a rappelé dans son allocution l'importance de la vaccination dans la riposte à la pandémie de covid-19, car elle reste le moyen le plus sûr et efficace. Il a, par ailleurs, indiqué que les présentations faites en matière de pharmacovigilance et sur le rapport des comités d'éthique ont relevé les points forts et les points faibles du système de prise en charge des manifestations post-vaccination indésirables, l'insuffisance de l'action communautaire et le manque d'implication des comités d'éthique dans l'action communautaire.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X