Congo-Brazzaville: PDCE - Quinze millions de dollars de financement additionnel pour l'insertion des jeunes

La représentante de la Banque mondiale au Congo, Ouatara Korotoumou, a indiqué le 22 septembre que le Projet de développement des compétences pour l'employabilité (PDCE) vient d'obtenir un financement additionnel de quinze millions de dollars.

Ouatara Korotoumou a annoncé l'aide de son institution à la sortie d'une audience avec le ministre de l'Enseignement technique et professionnel, Ghislain Thierry Maguessa Ebomé.

Ce financement, a-t-elle indiqué, donnera l'opportunité à plus de cinq mille jeunes pour la formation dans le cadre du PDCE. Selon elle, la demande est très forte car le projet a déjà reçu plus de trois cents candidatures.

« Nous avons tenu à féliciter le ministre de sa nomination au gouvernement ainsi que pour les résultats très probants atteints pour ce projet dans lequel le Congo a pu former plus de cinq mille jeunes en milieu vulnérable parmi lesquels 44% sont les filles », a-t-elle déclaré.

En effet, a-t-elle poursuivi, les deux parties ont également discuté sur le projet de capital humain pour lequel la Banque mondiale est en préparation avec le gouvernement congolais.

Dans ce contexte, a précisé la représentante, la Banque mondiale voudrait capitaliser sur les acquis du projet ainsi que dans le cadre d'un projet en préparation sur le développement du capital humain. Par ailleurs, elle a assuré que son institution mettra à profit tous les enseignements qui ont été tirés du PDCE.

La coordonnatrice des programmes éducation, santé, protection sociale et emploi du groupe de la Banque mondiale, Carine Clert, a expliqué, pour sa part, qu'elle accompagne ses collègues dans le dialogue avec le gouvernement congolais afin de renforcer le capital humain comme une composante essentielle dans la croissance inclusive du pays.

« Le capital humain concerne la formation professionnelle, la santé, l'éducation et la nutrition dès la naissance de l'enfant. Le projet va aider, grâce à la protection sociale et le projet Lisungui, les personnes les plus pauvres à continuer d'investir dans le capital humain et également à étendre la couverture de tout ce qui a été fait dans le PDCE pour accompagner les jeunes, les familles avec des opportunités économiques pour améliorer leur niveau de revenus et de compétences», a-t-elle dit, soulignant « l'importance de la mobilisation des partenaires pour les projets innovants afin de contribuer à la richesse des jeunes ».

En rappel, le PDCE vise à promouvoir l'acquisition et le renforcement des compétences à l'emploi et à l'entrepreneuriat pour les jeunes vulnérables. Au total, plus de quinze mille jeunes vivant dans les zones urbaines, Brazzaville et Pointe-Noire, devraient être formés dans plusieurs domaines : menuiserie, maçonnerie, couture, hôtellerie, métiers du froid et bien d'autres.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X