Sénégal: Une école sénégalaise meilleure et stable - Les défis et perspectives du nouveau bureau du SELS

23 Septembre 2021

Le Syndicat des enseignants libres du Sénégal (SELS) a tenu, hier mercredi, un point de presse pour conclure son 6ème congrès organisé le samedi 18 septembre 2021.

Un congrès qui a vu la participation du ministre de l'Education nationale, de la présidente du Haut-conseil du dialogue social (HCDS), du directeur de Cabinet du ministre de la Fonction publique et du Renouveau du service publique et du secrétaire général national de la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (CNTS).

Occasion pour le SELS de présenter son nouveau bureau et faire le plaidoyer sur leurs revendications. Par la voix de Amidou Diédhiou, le secrétaire général du SELS nouvellement élu, à travers un discours, le point a été fait sur les défis et perspectives. Ainsi, le secrétaire général sortant, en la personne de Souleymane Diallo, a été élu président d'honneur du SELS et Ousmane Amadou Ndiaye président du Comité des sages.

Regrettant l'absence de dialogue social, le SELS estime que le gouvernement a pris comme prétexte la crise sanitaire engendrée par la COVID-19 pour fuir la négociation. C'est ainsi, que le thème du 6ème congrès a porté sur «Le dialogue social dans un contexte de pandémie» et des défis ont été posés. Il s'agit de l'instauration d'un dialogue social permanent et sincère avec les partenaires sociaux ; le retour, sans délais, du gouvernement autour de la table de négociations pour le suivi des accords et l'examen des nouvelles revendications déposées par les syndicats de l'enseignement ; le règlement définitif des lenteurs et lourdeurs administratives qui demeurent la préoccupation la mieux partagée dans la fonction publique et la restauration de l'équité et de la justice dans la gestion des agents de l'Etat ; le dégel et le renforcement du crédit logement des agents de l'Etat.

Il y a également la mise à disposition des parcelles à usage d'habitats aux coopératives des syndicats de l'enseignement ; l'accélération du rythme de paiement des rappels dus aux enseignants ; l'amélioration des conditions de travail des enseignants en langue arabe ; le renforcement des quotas pour les mises en position de stage ; l'augmentation des indemnités de correction et de surveillance pour les enseignants du préscolaire et de l'élémentaire. Amidou Dièdhiou a, par ailleurs, souligné que le monitoring annoncé par le ministre de la Fonction publique, en la personne de Mariama Sarr, devrait être le cadre idéal de dialogue enfin d'éviter d'éventuelles perturbations.

Ainsi, il a appelé tous les syndicats d'enseignements, en premier lieu le G7 auquel appartient le SELS, à agir en synergie avec tous les acteurs du système éducatif tels que la COSYDEP, les Associations de parents d'élèves (APE), les chefs religieux et les centrales syndicales pour une école sénégalaise meilleure et stable.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X