Burkina Faso: Conférence de presse jeunes du CDP - Et ce fut l'affrontement !

Si des rumeurs couraient comme quoi rien ne vas plus au Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), maintenant les choses sont confirmées.

En lieu et place d'une conférence de presse, la jeunesse de ce parti, qui avait donné rendez-vous aux médias le jeudi 23 septembre 2021 au siège du parti pour se prononcer sur la situation nationale avec son lot d'insécurité et de crise liée à la fermeture du Zinda, a lavé son linge sale en public : agressions verbales et affrontement entre conférenciers et entre militants ont eu lieu en live. Afin que les choses ne dégénèrent pas davantage, les agents de la CRS ont mis fin à la conférence de presse. Face à ce fiasco, un nom est scandé par les « purs cédépistes » : Eddie a dont certains , très remontés n'ont pas hésité à affirmer qu'il entend rejoindre le MPP.

Que se passe-t-il au Congrès pour la démocratie et le progrès(CDP) ? L'ex-parti au pouvoir est-il en voie de disparition ? En tout cas c'en a tout l'air. Digne d'un film Nollywood, grande industrie cinématographique du Nigeria, ce qui était censé être une conférence de presse des jeunes du CDP s'est transformé très vite en querelles. Il était 16 h passées d'à peine deux petites minutes lorsque Mohamed Younga, reconnu comme le très bon petit du chef de file de l'opposition, Eddie Komboïgo, et un autre conférencier du jour donnent le top de départ de ce spectacle : des injures à n'en pas finir avant de s'affronter.

Les journalistes, en bon spectateurs, comme un seul homme se mettent debout pour ne rien rater de cet évènement. Pendant que des militants de ce parti tentaient de séparer les protagonistes, le maître de cérémonie lançait « assaillez-vous, il n'y a rien de mal » et d'autres de réclamer que le « bagarreur » soit expulsé purement et simplement du siège du parti. Quelques minutes plus tard, le calme était revenu, et le Secrétaire national de la jeunesse (SNJ) du CDP, à savoir Adama Tiendrébéogo, a entamé la lecture de la déclaration liminaire.

Sauf que c'est juste pour un instant. Les esprits se chauffent de nouveau au point que la CRS, qui étai postée à l'extérieur, chose qui n'est pas habituelle aux conférences de presse du CDP, fait son entrée. Mais rien à faire : les chamailleries persistent et les chaises sont jetées çà et là. Finalement le SNJ de ce parti parvient à livrer son message dont l'essentiel du contenu pointait du doigt le « bilan chaotique du parti au pouvoir tant sur les plans sécuritaire, éducatif que social ».

Vient alors la phase des échanges avec les hommes de médias qui, malgré les risques, ont tenu à rester sur les lieux. Interrogé sur le fond du problème qui divise les jeunes du CDP pourtant venus nombreux à cette conférence de presse, les principaux acteurs tiennent le président actuel du CDP responsable de « cette division ». En clair, tout serait lié à une déclaration liminaire qu'aurait donnée le CFOP pour lecture alors que les jeunes de ce parti avaient déjà la leur qu'ils entendaient bien livrer. Conséquence, « les pro-Eddie » et les « purs cédépistes » en viennent aux mains et Mohamed Younga, 3e SNJ du CDP, s'en sort avec des égratignures.

En tant que premier responsable de cette jeunesse, Adama Tiendrébéogo, dit Colonel, prévient que personne ne pourra nuire au CDP. Que ceux qui veulent aller ailleurs s'en aillent tranquillement, a-t-il fait savoir. Au regard des tensions persistantes, les CRS présents se déploient gaz lacrymogènes en mains sans toutefois les utiliser, demandant à l'assistance d'évacuer les lieux. Ils justifient cette intervention par le fait qu'ils auraient reçu des instructions dans ce sens. Ce qui va renforcer la conviction des « cédépistes purs » qu'Eddie a envoyé ses éléments troubler la bonne marche de l'activité ».

Après avoir marqué leur refus de quitter les lieux, les militants finissent par se retirer. Cette conférence de presse s'est ainsi achevée en queue de poisson, ce qui fait davantage penser que le CDP va plus mal que jamais, et Eddie Komboïgo en est tenu responsable. Et certains des plus mécontents n'ont pas hésité à dire que ce dernier agissait ainsi dans l'intension de rejoindre le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X