Congo-Kinshasa: La CNDH met en cause l'État après la répression de la manifestation du 15 septembre

Des journalistes victimes de violences, des manifestants d'opposition interpellés, la répression policière le 15 septembre 2021 de la manifestation de l'opposition contre la politisation de la Commission électorale nationale indépendante (Céni), fait réagir.

Ce jeudi, à Kinshasa, la Commission nationale des droits de l'homme (CNDH), une institution publique, a publié un rapport dans lequel elle met en cause l'État. Et en prélude d'un nouveau rassemblement, le 29 septembre prochain, la CNDH somme les autorités de respecter la liberté de manifestation.

Ces recommandations feront l'objet des écrits vis-à-vis des autorités concernées, restés dans la logique de la Constitution. Que le régime d'information soit respecté, et aussi, vis-à-vis de la police, que pour toute manifestation autorisée ou non autorisée, nous insistons sur l'encadrement de toute manifestation, sans discrimination aucune. Et pour la manifestation du 29, nous voulons que de telles erreurs ne se répètent plus. Il faut que les partis politiques exercent la liberté de manifestation.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X