Mali: Le pays crée son École de guerre

Au Mali, le Conseil national de transition a adopté jeudi le projet de loi portant création d'une École de Guerre. Le CNT, qui a valeur d'Assemblée législative pendant la période de transition, a voté la création de cette école voulue par les nouvelles autorités et qui a pour vocation de renforcer l'arsenal sécuritaire national, notamment la formation des futurs cadres de l'armée malienne.

L'EGM, École de guerre du Mali, devra « assurer une formation de haut niveau aux officiers supérieurs des forces de défense et de sécurité » -armée, police, gendarmerie- mais aussi à certains cadres civils. Elle sera également un lieu de recherche sur les stratégies de défense et de sécurité, en collaboration avec le milieu universitaire.

Les officiers qui en sortiront ont vocation à occuper les plus hauts postes d'un état-major, au sein de l'armée malienne, bien sûr, mais également dans les opérations internationales comme, par exemple, les missions onusiennes de maintien de la paix.

Gagner en autonomie et en cohésion

Cette École de guerre est évoquée depuis plusieurs années mais les autorités de transition en ont fait une priorité, afin de gagner en autonomie et en cohésion : à ce jour, les cadres supérieurs de l'armée sont formés à l'étranger, ce qui crée une dépendance pour le nombre de places, et dans des pays différents, ce qui suscite ensuite des querelles internes.

Aucune date ni aucun lieu n'ont encore été avancés, mais le coût de la future École de guerre est estimé à plus de 2,5 milliards de FCFA.

Alors que la polémique ne désenfle pas sur la possible arrivée au Mali du groupe Wagner, auquel des missions d'instruction pourraient être confiées, c'est une entreprise française composée d'anciens militaires qui a été sollicitée pour les formations de la future École de guerre.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X