Madagascar: Antsiranana - Le thon débarque sur les étals

Les bateaux thoniers espagnols et français ont commencé à se bousculer au port d'Antsiranana pour approvisionner l'usine Pêche et Froid de l'Océan Indien en matière de thon. Chaque année la saison de pêche thonière se termine au mois de juin, mais c'est maintenant que ces navires thoniers étrangers recommencent à accoster au port d'Antsiranana. C'est du jamais vécu.

Ils ne sont pas encore nombreux mais apparemment quelques bateaux débarquent des tonnes des captures ,en pleine nuit ou en journée, sous les regards des passants impressionnés par le travail spectaculaire. Et notamment avec le respect des mesures sanitaires.

Selon les explications, des thoniers espagnols et français ont participé à cette opération de débarquement de thons pour faire fonctionner l'usine de conserverie de thon à Madagascar PFOI, une seule industrie franche dans la région créée en 1991 et rachetée en 1997 par le groupe français TOG.

Dans tous les cas, l'arrivée de ces bateaux de pêches est une manne financière pour toutes les catégories de personnes dans le Nord, car la pêche au thon constitue une des activités principales de l'économie Antsiranaise. Ainsi, la commercialisation de thon est devenue une activité renforçatrice de revenu de quelques foyers Antsiranais. Grâce à eux, ces poissons hors norme , non commercialisés et rejetés par les armateurs des bateaux, circulent dans les districts de la région DIANA , des régions comme Sava et Boeny, à Antananarivo, et aussi jusqu'aux îles Comores.

Ces derniers jours, les thons inondent les marchés, même si les prix ne sont pas encore compétitifs comme auparavant en vue d'arracher les cheveux des bouchers . De leur côté , des marchands ambulants errent dans tous les coins des quartiers de la ville pour vendre leurs marchandises

« Un poisson de la même taille vaut sept mille Ariary or avant je l'avais acheté à quatre mille Ariary » s'est plaint un consommateur en quête du thon au Bazary Kely.

Selon les indiscrétions, l'or salé du Nord rapporte annuellement des centaines de millions de dollars à Madagascar. Transbordement et débarquement, les deux mots magiques ramènent à la ville d'Antsiranana, directement ou indirectement une grosse rentrée d'argent. On peut affirmer qu'indubitablement, la ville tire beaucoup d'avantages économiques générés par la présence de ces thoniers à savoir l' achat des tonnes de sel à la Compagnie salinière de Madagascar car les thons transbordés nécessitent du sel , des billets d'avion pour les équipages et des achats de vivres. Mention particulière pour les travaux effectués par les bateaux thoniers au chantier naval de la société Secren. Cependant, aucun bateau n'y est entré jusqu'ici selon le directeur général de la Secren, suite à la déclaration du Président de la République lors de son récent passage à Antsiranana.

Si tel apparaît le côté positif de la présence de ces thoniers dans la région septentrionale de l'île, le revers de la médaille n'est autre que l'influence sur les activités de la petite pêche locale. Certes, la ville se trouve ainsi inondée d'un poisson bon marché au bonheur et à la joie du consommateur, mais également au détriment des activités des petits pêcheurs.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X