Burkina Faso: Réconciliation nationale - Les députés du CDP espèrent « auditionner » le ministre Zéphirin Diabré

Roch Marc Christian Kaboré, Président du Burkina
23 Septembre 2021

Le groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a organisé ses journées parlementaires de l'année en cours, le mercredi 22 septembre 2021 à Kombissiri, dans la province du Bazèga sur le thème : « La réconciliation nationale pour un Burkina de paix et de cohésion sociale ».

Les députés du groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) entend apporter leur contribution au processus de réconciliation nationale engagé au Burkina Faso. Pour ce faire, ils ont organisé, le mercredi 22 septembre 2021 à Kombissiri dans la province du Bazèga, leurs journées parlementaires sur le sujet. Pour le président du groupe parlementaire, Achille Tapsoba, le choix du thème : « La réconciliation nationale pour un Burkina de paix et de cohésion sociale », en ce début de la VIIIe législature se justifie par le fait qu'il est au centre des préoccupations de son groupe parlementaire, tout comme elle l'a été au cœur des préoccupations des députés du CDP lors de la précédente législature.

Au cours de ces journées, les réflexions ont été centrées sur cette thématique et traitées en deux volets à savoir : « Rôle et contribution de l'opposition à la recherche de la réconciliation nationale » et « Les conditions d'une vraie réconciliation nationale : perspectives et étapes nécessaires ». Ces sous-thèmes ont été respectivement développés par Mélégué Traoré, ancien président de l'Assemblée nationale et membre du haut conseil du CDP et Lookman Sawadogo, personnalité de l'organisation de la société civile. Ces deux sous-thèmes ont permis de faire le point de la problématique de la réconciliation nationale.

Selon Achille Tapsoba, les députés du groupe parlementaire espèrent que le forum national prévu dans le cadre du processus de réconciliation nationale sera un espace d'échanges qui permettra aux différents acteurs de concilier les positions sur la définition, le contenu, les contours, les objectifs et les étapes nécessaires pour la réconciliation. Aussi, les députés ont souhaité que la question de la réconciliation puisse être l'objet d'un accompagnement par des personnalités qui font preuve « d'un minimum » d'objectivité, d'équité et de neutralité.

Ils ont également souhaité que le forum élague toutes les questions afin de parvenir à une vision consensuelle unique des Burkinabè sur leur réconciliation avant d'engager tout autre processus. Enfin, les députés du CDP ont estimé nécessaire qu'à l'ouverture de la prochaine session parlementaire, le ministre en charge de la Réconciliation nationale et de la Cohésion sociale puisse être interpellé pour faire le point à la Représentation nationale, de l'état des lieux du processus.

Toute chose qui permettra aux élus nationaux de donner leurs contributions à la manière de clarifier la problématique de la réconciliation, d'approcher les points de vue et à la manière de conduire le processus. Ces journées parlementaires ont enregistré la présence des militants du parti de la section du Bazèga, de nombreuses personnalités dont le président du parti, Eddie Komboïgo, chef de file de l'opposition, du vice-président de l'Assemblée nationale, Dramane Nignan, représentant le président de l'Assemblée nationale et des présidents et représentants des groupes parlementaires PJRN (Paix, justice et réconciliation nationale), MPP (Mouvement pour le peuple et le progrès), UPC (Union pour le progrès et le changement), RDJ (Rassemblement pour la démocratie et la justice) et NTD (Nouveau temps pour la démocratie).

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X