Afrique: L'aquaculture - Un atout essentiel pour répondre à la croissance de la demande alimentaire, selon la FAO

communiqué de presse

Le Directeur général, M. Qu Dongyu, prend la parole à la Conférence mondiale sur l'aquaculture - Millénaire+20

Shanghai/Rome, le 23 septembre 2021 - L'aquaculture joue un rôle central dans la production alimentaire mondiale, mais une croissance inclusive et durable passe par l'innovation et l'équité, a déclaré aujourd'hui M. Qu Dongyu, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Lors de la journée d'ouverture de la Conférence mondiale sur l'aquaculture - Millénaire+20 à Shanghai, le Directeur général a souligné que l'aquaculture représentait la filière agroalimentaire connaissant la croissance la plus rapide au niveau mondial, en rappelant l'énorme potentiel d'expansion qui est le sien en Asie, en Afrique, en Amérique latine et dans les Caraïbes.

«La production aquacole poursuivra sa croissance, mais les avantages de cette croissance doivent être répartis de manière équitable et juste», a déclaré M. Qu, en faisant état de la nécessité de développer «les dimensions humaine, sociale, culturelle et économique de l'aquaculture».

La Conférence, la quatrième du genre, organisée par la FAO et le Ministère chinois de l'agriculture et des affaires rurales en collaboration avec le Réseau des centres d'aquaculture pour la région Asie et Pacifique (RCAAP), a pour thème «L'aquaculture au service de l'alimentation et du développement durable».

Son Altesse Royale la Princesse Maha Chakri Sirindhorn du Royaume de Thaïlande, Ambassadrice spéciale de bonne volonté de la FAO pour l'objectif Faim zéro dans la région Asie et Pacifique, est l'invitée d'honneur de cette manifestation de deux journées à laquelle participent des représentants des secteurs privé et public, du monde universitaire et de la société civile.

L'aquaculture est indispensable pour assurer l'alimentation d'une population mondiale en expansion et la Conférence se penche sur un éventail de questions et de perspectives, parmi lesquelles l'agriculture familiale traditionnelle dans les communautés vulnérables, mais aussi les technologies de pointe. Parmi les thèmes abordés dans le cadre de la Conférence figurent l'innovation, les ressources génétiques, la biosécurité, la dimension sociale et humaine, les chaînes de valeur et l'accès aux marchés.

La consommation mondiale de poisson a augmenté de 122 pour cent depuis 1990 et l'aquaculture représente désormais plus de 50 pour cent de la consommation actuelle de poisson. Cette proportion est appelée à croître jusqu'à dépasser les 60 pour cent au cours de la prochaine décennie. Cependant, les effets de la crise climatique et les perturbations de la production et de la consommation causées par la pandémie de covid-19 ont compromis le rythme de croissance et d'expansion de ce secteur.

La Déclaration de Shanghai, qui devrait être adoptée lors de la Conférence, appelle à une action qui doit façonner l'avenir de l'aquaculture et optimiser la contribution de ce secteur aux systèmes agroalimentaires mondiaux, comme le prévoit le Programme de développement durable à l'horizon 2030.

Ce que fait la FAO

M. Qu a insisté sur la place importante qu'occupe l'aquaculture dans le nouveau Cadre stratégique 2022-2031 de par son programme prioritaire «Transformation bleue», dont l'objectif est de faire en sorte que la croissance de l'aquaculture mondiale atteigne 35 à 40 pour cent d'ici à 2030.

«Le Cadre stratégique de la FAO repose sur les principes des quatre améliorations - de la production, de la nutrition, de l'environnement et des conditions de vie -, en ne laissant personne de côté», a-t-il déclaré. «La Déclaration de Shanghai est un appel à l'action mondiale.»

La FAO reconnaît la contribution de l'aquaculture à la sécurité alimentaire, en fournissant une assistance technique par la mise en œuvre du Code de conduite pour une pêche responsable.

Instrument clé qui pose les principes d'une pêche et d'une aquaculture durables dans le monde depuis 1995, le Code vise à élaborer et à mettre en œuvre des politiques et des cadres juridiques efficaces qui favorisent un développement durable et équitable de l'aquaculture, qui présente des avantages socioéconomiques accrus, en particulier dans les pays en développement.

La FAO procède à un examen mondial de la situation de l'aquaculture et, à la demande de ses Membres, élabore également des Directives relatives à l'aquaculture durable. Celles-ci sont destinées à fournir des orientations pratiques aux autorités gouvernementales et aux décideurs afin de les aider à promouvoir le Code de conduite pour une pêche responsable et à renforcer leurs moyens de développer des secteurs aquacoles durables.

L'Organisation, qui appartient au système des Nations Unies, a également élaboré des projets innovants en faveur de l'aquaculture. À titre d'exemple, la FAO a noué un partenariat avec les Émirats arabes unis qui doit permettre de développer la filière aquacole encore embryonnaire de ce pays. Avec l'appui technique de la FAO, les Émirats arabes unis investissent dans des technologies modernes afin de mettre en place une production aquacole durable et rentable qui entretiendra l'offre de poisson dans le pays, renforcera sa sécurité alimentaire et transformera son système agroalimentaire.

En riposte aux chocs climatiques et aux événements météorologiques extrêmes, la FAO s'emploie à fournir un soutien aux moyens d'existence et à augmenter la résilience en reconstruisant la filière de la crevette de la Dominique et d'autres pays, à travers son projet Adaptation au changement climatique du secteur de la pêche dans les Caraïbes orientales (CC4FISH).

La Conférence mondiale

Le Directeur général a déclaré que l'aquaculture pourrait également jouer un rôle central dans l'Initiative Main dans la main de la FAO destinée à accélérer la transformation des systèmes agroalimentaires. Par le biais du Partenariat mondial en faveur de l'aquaculture durable, la FAO collabore également avec l'Académie chinoise des sciences halieutiques.

S'adressant aux participants, M. Qu a déclaré: «L'aquaculture joue déjà un rôle important dans la perspective de "ne laisser personne de côté", formule qui signifie que tous nos efforts et nos actions doivent s'appliquer à tous et partout, afin de mettre un terme à la faim et la pauvreté.»

Le secteur doit adopter une approche globale en s'intéressant plus particulièrement aux personnes et aux communautés qui vivent de l'aquaculture, en particulier les femmes, les jeunes, les personnes âgées et les communautés autochtones, a-t-il expliqué.

Les participants à la Conférence mondiale ont aussi entendu les allocutions liminaires d'autres orateurs: M. Teng Renjian, Ministre chinois de l'agriculture et des affaires rurales; M. Frank K. Tumwebaze, Ministre ougandais de l'agriculture, de l'élevage et de la pêche; Mme Úrsula Desilú León Chempén, Vice-Ministre de la pêche et de l'aquaculture au sein du Ministère péruvien de la production; M. Virginijus Sinkevičius, Commissaire européen à l'environnement, aux océans et à la pêche; M. Huang Jie, Directeur général du RCAAP et M. Peng Chenlei, Vice-Maire de Shanghai.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X