Sénégal: Lancement d'un programme de résilience agricole au changement climatique

Dakar — Le gouvernement sénégalais a procédé vendredi au lancement officiel du Programme d'appui à l'intensification des efforts pour l'agriculture et l'utilisation des terres par la mise en œuvre des contributions déterminées nationales et du Plan national d'adaptation (SCALA en anglais).

Ce programme dont la mise en œuvre est assurée par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation (FAO), est financé par le ministère fédéral allemand de l'environnement, de la conservation de la nature et de la sécurité nucléaire.

Ce financement s'élève à 20 millions d'euros pour les quatre ans (2020-2025) que va durer le projet.

Il concerne globalement 12 pays répartis en Afrique (Côte d'Ivoire, l'Égypte, l'Éthiopie, le Sénégal et l'Ouganda), en Asie (Cambodge, la Mongolie, le Népal et la Thaïlande) et en Amérique latine (l'Argentine, la Colombie et le Costa Rica).

"Son objectif est d'accompagner les pays bénéficiaires à traduire leurs CDN [contributions déterminées nationales] et leurs PNA [Plan national d'adaptation] en solutions climatiques transformatrices et réalisables dans les secteurs de l'utilisation des terres et de l'agriculture", a indiqué Boubacar Dramé, conseiller technique au ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural.

Les CDN se trouvant au cœur de l'Accord de Paris signé en 2015, ils concernent les efforts déployés par chaque pays pour réduire ses émissions nationales et s'adapter aux effets du changement climatique, indique le site officiel des Nations unies.

Dans cette perspective, Boubacar Dramé estime que "le programme SCALA va appuyer davantage le gouvernement du Sénégal dans sa recherche de solutions durables sur ces questions".

"Ce programme SCALA nous donne ainsi l'opportunité de renforcer nos acquis, de créer des synergies mais aussi de capitaliser les bonnes pratiques pouvant être mises à l'échelle dans d'autres zones, voire d'autres pays eu égard à la dimension régionale du programme", a ajouté M. Dramé.

Selon lui, dans le cadre de sa contribution déterminée au niveau national, le Sénégal met l'accent particulièrement sur "l'agriculture, l'élevage et la pêche", trois secteurs très dépendants des ressources naturelles et exposés aux effets du changement climatique.

Prenant la parole au nom du PNUD et de la FAO, Ndèye Fatou Diaw Guène, a insisté sur la nécessité d'adopter "une démarche participative pour une meilleure approche de ces questions climatiques", tout en prenant en compte les besoins et priorités élaborés au niveau national.

"Nous ne sommes plus à l'ère du déroulement des programmes de façon cloisonnée. Nous devons agir en nous appuyant sur les besoins identifiés par les pays eux-mêmes", exhorte la cheffe de l'unité-environnement du PNUD.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X