Congo-Kinshasa: La détention prolongée de Sosthène Kambidi inquiète ceux qui défendent une presse libre

24 Septembre 2021

Depuis le 20 septembre, le journaliste est inculpé et détenu dans l'enquête sur le meurtre de deux experts des Nations unies en 2017 au Kasaï. Sa détention soulève la question de la protection des sources.

Sosthène Kambidi est un journaliste qui travaille, entres autres, en tant que correspondant dans le Kasaï pour le média en ligne Actualité.cd. Dans un premier temps, il a été interrogé en tant que témoin.

Depuis mercredi, c'est désormais en tant qu'inculpé dans l'affaire du meurtre des deux experts des Nations unies en 2017 au Kasaï. Le parquet militaire cherche à savoir d'où Sosthène Kambidi tenait ses informations sur cette affaire et comment il s'était procuré une vidéo de l'exécution des experts.

Liberté de la presse mise à mal

Pour maître Godefroid Kabongo Nzengu, son avocat, au fur et à mesure que l'instruction va évoluer, il peut y avoir des éléments nouveaux qui vont amener à requalifier les faits voire à les disqualifier. « Dans le mandat d'amené sur base duquel il a été arrêté, il est dit qu'on a mis trois préventions : association de malfaiteur, terrorisme et insurrection. Mais ça ce sont des qualifications pénales qui peuvent être requalifiées après l'audition. A partir de ces éléments-là, nous pouvons les exploiter et démontrer qu'on ne peut pas retenir les qualifications pénales telles que contenues dans le mandat d'amener,» insiste l'avocat.

La détention prolongée de Sosthène Kambidi inquiète de nombreuses organisations aussi bien de défense des droits de l'Homme que de défense des journalistes.

Pour rappel, le journaliste a toujours affirmé sa volonté de collaborer avec la justice dans ce dossier. Pour Reporters sans frontières, sa détention prolongée est d'autant plus préoccupante qu'elle s'effectue sous le regard des Nations unies qui participent aux auditions dans le cadre d'un mécanisme mis en place pour assister la justice militaire congolaise.

Pour Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF, la question de la protection des sources par les journalistes est au cœur même de cette affaire. Il renseigne que « la protection des sources, c'est le corolaire d'un journalisme d'investigation et d'un journaliste de qualité. » Pour lui dans ce cas spécifique « on a du mal à savoir où veut en venir la justice militaire congolaise. »

Arnaud Froger « rappelle que cette vidéo n'est pas neuve, qu'elle a été transmise aux autorités congolaises très rapidement il y a quatre ans, donc on a beaucoup de mal à expliquer ce que vient faire l'arrestation et la détention de ce journaliste en lien avec cette affaire, aussi longtemps après les faits. Cette arrestation et cette détention avec les éléments dont on dispose paraissent complètement injustifiées et soulèvent beaucoup de questions et de préoccupations, »

Le cas de Sosthène Kambidi soulève aussi la question de la liberté de la presse en RDC et rappelle notamment les images du 15 septembre dernier, lorsque des journalistes ont été violentés alors qu'ils couvraient la manifestation d'un parti d'opposition.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X