Madagascar: Transport aérien - La réouverture des frontières sérieusement compromise

Les compagnies aériennes se retirent de la course à la desserte des lignes vers Madagascar en octobre. Air Madagascar n'a plus d'avions. La reprise du tourisme dans l'île devient pour l'heure utopique.

De sérieux problèmes. À la veille d'une possible réouverture du ciel malgache pour sauver le Tourisme, et par extension pour sauver une bonne partie de la situation économique du pays, aucune visibilité positive ne s'annonce. Après la compagnie Ethiopian Airlines qui a annoncé la prolongation de la suspension des vols vers Madagascar, le 22 septembre dernier, la compagnie aérienne réunionnaise Air Austral ne se dit pas encore prête non plus. Dans la rubrique « informations agences » sur le site de la compagnie, une liste des destinations avec des ajustements de programme de vols de septembre à octobre 2021 apparaît.

Les vols Réunion-Antananarivo - Nosy Be-Réunion et Réunion-ToamasinaFort-dauphin- Tuléar- Réunion sont annulés jusqu'au 31 octobre 2021 inclus. Pareillement, un cas d'annulation d'un vol commercial par la compagnie Air France à destination d'Antananarivo, en date du dimanche 3 octobre est constaté. Mais l'information n'a pu être confirmée. Si cette possible réouverture des frontières a fait l'espoir des opérateurs touristiques, elle ne l'est pas pour les compagnies aériennes.

En effet, les communications officielles sur ce projet de réouverture qui devra normalement démarrer dans une semaine, si l'on tient à l'annonce présidentielle d'une réouverture au « mois d'octobre », restent pour l'heure inconnues. Ce qui rend la position des compagnies aériennes, risquée et moins sûre. A titre de comparaison, les vols Réunion-Paris-Réunion ou Mayotte-Paris-Mayotte se tiennent en revanche, sept fois par semaine à bord d'Air Austral.

Aide

La situation de Covid-19 dans le monde rend aussi le monde incertain en tous points. Un éventuel prolongement au delà du 3 octobre 2021 n'est pas à écarter. Car si le variant de la Covid-19 est menaçant en Inde, en Afrique du Sud ou à l'ile Maurice, il l'est moins à Madagascar ou dans d'autres pays africains. Depuis l'annonce d'une possible réouverture des frontières, la Confédération du tourisme de Madagascar regroupant les opérateurs privés en Tourisme, ne cesse de se réunir avec des ministères pour s'y préparer. Les détails des discussions restent secrets bien que l'on sache qu'ils portent sur les modalités de réouverture ainsi que le plan de relance du secteur Tourisme. Mais quelles sont ces modalités de réouverture? Est-ce qu'elles se réduisent à la vaccination obligatoire, des pass sanitaires, des gestes barrières, des mises en quarantaine ? Les réponses ne sont pas disponibles.

En tout cas, Madagascar qui n'est plus dans un état d'urgence depuis le 6 septembre, peut se féliciter mais n'est guère hors de danger. La réouverture partielle du ciel de Nosy Be en octobre 2020 a apporté son lot de désagréables surprises avec la montée en flèche des cas de Covid-19 et des décès. « Il est difficile de se prononcer. L'on ne sait plus sur quel pied danser. Nous nous préparons mais les conditions de réouverture exigées par l'État ne sont pas assez claires », s'exprime un tour opérateur. Sans les compagnies aériennes, les touristes ne pourront venir et sans un moyen de transport aérien domestique en bonne capacité, leur faire découvrir le pays semble illusoire.

Par ailleurs, le transport aérien, cette fois-ci, national, n'est pas en bonne santé non plus. Hier, les employés de la compagnie Air Madagascar se sont enfin exprimés pour demander à l'État un coup de pouce à court terme. « Air Madagascar n'a plus d'appareils car les deux Boeing A-340 qu'elle a utilisés ne sont plus fonctionnels. L'un n'a pas de moteur et l'autre a besoin de réparation. Elle ne pourra donc pas assurer des vols longs courriers. Nous demandons une aide financière de l'Etat pour réparer ces avions » a souligné le porte-parole des sept cents employés d'Air Madagascar, Albin Rabetrano, président du syndicat des techniciens d'exploitation de la compagnie. La dette d'Air Madagascar s'élève aujourd'hui à 70 millions de dollars. Les employés pointent du doigt le partenariat stratégique avec Air Austral et estiment qu'il n'y a pas besoin d'affréter des avions en cas d'ouverture des frontières. C'est ce qui a accéléré l'agonie de la compagnie.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X