Afrique: Le monodrame "Saha l'Artiste" au festival international de Budapest

Alger — Le monodrame, "Saha l'Artiste", une immersion dans l'univers de la création artistique soumise aux règles impitoyables des sociétés de consommation, prend part au Festival international de théâtre de Budapest (Hongrie), prévu du 25 septembre au 6 octobre 2021.

Ecrit et mis en scène par le dramaturge Omar Fetmouche, "Saha l'Artiste", spectacle de 60 mn, sera conduit le 30 septembre sur les planches du Théâtre national de Budapest par le comédien, Ahcène Azazni, soutenu par le musicien Amar cherifi.

Le spectacle raconte l'histoire d'un violoniste, à qui manquait un fil à son instrument, et qui se rend vite compte que tous les magasins de musique qu'il connaissait ont été transformés en "fast-food", dans une société de consommation "délabrée", où le "souci du gain facile", règne en maître absolu.

Dans un environnement hostile à toute créativité artistique où il est impossible de trouver une corde de violon, le musicien décide alors de quitter le pays, et va, pour ce faire, voir "Moul el khit", un affairiste débrouillard détenant toutes les ficelles et pouvant contourner toutes sortes de problèmes pour lui procurer un visa.

De l'autre côté de la Méditerranée, l'artiste s'épanouit et trouve son compte, allant jusqu'à étudier la contre-basse, instrument qu'il a adopté et acheté sans son étui, se voyant, à son retour au pays, contraint de le faire transiter dans un cercueil, faisant croire que c'est la dépouille de sa femme, une française qu'il avait épousé et réussi à convertir à l'Islam.

Interprétant pas moins d'une quinzaine de personnages, Ahcène Azazni va user de tout ses talents de comédien pour surmonter les difficultés d'un tel exercice, auquel se livrera également, à un degré moindre, Amar Chérifi, chanteur chaâbi à la mandole, qui aura à reprendre en chanson, les moments forts de la trame, assurer les transitions, et donner à son instrument des élans de narrateur.

Chevronné des planches, Ahcène Azazni convoquera devant le public hongrois, entre autres personnages, "Moul el khit", Aammi Hmida, quelques clients d'un restaurant, le vieux tailleur de pierre tombale, le douanier, le chauffeur du corbillard de fortune, le policier, le malfrat déguisé en "Capitaine crochet", la tante Zohra et le gardien du cimetière, autant dire que l'Artiste aura à relever, une fois de plus, le défi de bien porter le texte du spectacle.

La corde manquante au violon révélera ainsi tous les maux de la société, permettant à Ahcène Azazni de poser avec brio, la problématique de "l'espace de créativité artistique et de production en Algérie".

Le monodrame "Saha l'Artiste" a été produit en 2019 par la Coopérative "Théâtre Sindjab" de Bordj-Ménaïel, en collaboration avec le Tna.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X