Congo-Brazzaville: Justice - Ouverture du procès de l'incendie de l'ambassade du Congo à Paris

Le Tribunal judiciaire de Paris a ouvert le procès des prévenus ayant occasionné, dans la nuit du lundi au mardi 21 juin 2016, l'embrasement de l'immeuble de la chancellerie du Congo en France.

Le 22 septembre, plaidant coupables, trois des quatre prévenus ont été présentés au parquet de la 14e chambre correctionnelle du Tribunal judiciaire de Paris dix-septième. Défendus par Me Brice Nzamba, il s'agit de Bitsindou Romarick, Gambia, Bitoumbou alias Faye Monama. L'ambassade du Congo, qui s'est constituée partie civile, est défendue par deux avocats de la société des avocats Selas LGH.

Après les débats contradictoires, la procureure de la République a demandé 120 000 euros de préjudices matériels, 10 000 euros de préjudice moral, 2500 euros de frais d'avocats et trois ans d'emprisonnement ferme avec mandat de dépôt, rehaussé d'une interdiction de séjour de cinq ans en France.

La présidente de séance a mis l'affaire en délibéré et rendra son verdict le 20 octobre 2021.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X