Congo-Kinshasa: Trois collaborateurs de Tshisekedi dont Taylor Lubanga « accusés de vouloir faire exécuter un jugement contre Huawei pour 50 millions de dollars »

Selon nos sources, trois collaborateurs de Félix Tshisekedi dont Taylor Lubanga sont accusés de trafic d'influence en voulant faire exécuter un jugement déjà annulé contre Huawei. Cette immixtion dans les affaires judiciaires des proches du président de la République se passe au tribunal de commerce de la Gombe, dans l'affaire qui a opposé l'entreprise chinoise Huawei et la société GTCC.

Dans cette affaire, le juge avait condamné Huawei a versé la somme de 50 millions de dollars américains à la société GTCC SARL. Contre ce jugement, Huawei l'a attaqué devant la cour de cassation à travers une action de prise à partie contre le juge.

Et ce dernier a fini par être condamné. Du coup son jugement condamnant Huawei ne pouvait plus produire d'effets, le juge ayant été condamné. Un avocat affirme que « dès lors que le juge est condamné en prise à partie, cas de Moïse Katumbi, la décision initiale est anéantie. Dans le cas, le tribunal de commerce ne pouvait plus confirmer la saisie attribution ».

« C'est un scandale, qu'un jugement dont l'acteur a été condamné en prise à partie soit exécuté », déplore notre source. Encore une fois, les noms de certains proches du président sont évoqués.

Il s'agit de Taylor Lubanga et un député provincial élu de l'UDPS/Tshisekedi à Kinshasa; les deux agissant sous la conduite d'un certain Tony qui serait le cousin de Félix Tshisekedi.

Ces trois personnes « sont pointées du doigt accusateur d'être derrière ce scandale seulement parce qu'ils attendraient une grosse part dans les 50 millions que l'on veut soutirer à Huawei ». Et pour ce coup, le juge et son président « auraient reçu 2 millions USD ». « Ceux qui disent que l'entourage du président de la République torpille le travail des magistrats n'ont pas tort. Si ce n'est pas le cas, pourquoi s'agiter pour faire exécuter un jugement dont l'auteur a été débouté à l'action de prise à partie initiée par Huawei en toute régularité ? », s'interrogent nos sources.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X