Mali: Glissement en vue du calendrier électoral - La transition a un objectif, mais pas de vision pour le Mali

27 Septembre 2021
analyse

Quand est-ce que le Mali signera son retour à l'ordre constitutionnel normal ? Bien malin qui saurait répondre à cette question. Y compris les autorités de Bamako conduites par le tombeur en chef du président Ibrahim Boubacar Keita (IBK), le colonel Assimi Goïta qui s'est malicieusement installé, dans les conditions que l'on sait, à la tête d'une transition qu'il n'était pourtant pas censé diriger.

La question est d'autant plus fondée qu'après avoir préalablement déclaré, après sa prise de fonction, que les élections n'étaient pas une priorité, le Premier ministre de la transition, Chogel Maïga, a enfoncé le clou, le 26 septembre dernier, en évoquant la possibilité d'un glissement du calendrier électoral, à cinq mois de la fin théorique de la Transition.

Arguant du fait que « l'essentiel était moins de tenir les élections le 27 février que de tenir des élections qui ne seront pas contestées ». Si l'on peut difficilement contester au Premier ministre malien, la nécessité d'organiser des élections propres pour asseoir la légitimité du nouveau régime sur des bases saines, on ne voit pas en quoi une prolongation de la transition serait un gage irréfutable d'élections incontestées.

Une éventuelle prolongation de la transition pourrait être le déclencheur d'une crise pré-électorale d'envergure

Bien au contraire, dans les conditions actuelles de désaccord sur la question, où une bonne partie de la classe politique s'est clairement démarquée des fameuses assises de refondation qui semblent servir de prétexte au gouvernement pour justifier le décalage du calendrier électoral, tout porte à croire qu'une éventuelle prolongation de la transition pourrait être le déclencheur voire le catalyseur d'une crise pré-électorale d'envergure.

D'autant que les putschistes de Kati, qui juraient, la main sur le cœur, qu'ils n'avaient pas balayé le régime d'IBK pour mieux s'installer au palais de Koulouba, s'étaient engagés à respecter le délai de 18 mois de la transition pour remettre le pays sur les rails. Mieux, l'actuel Premier ministre, Chogel Maïga, n'était pas passé à l'époque par quatre chemins pour signifier qu'il n'était pas question d'accorder une seule minute de plus à la transition du Président Bah N'Daw et de son Premier ministre, Moctar Ouane, à l'échéance des 18 mois, avant que ces derniers ne soient débarqués manu militari par Assimi Goïta, dans les conditions que l'on sait.

C'est pourquoi il est curieux d'entendre ces mêmes autorités intérimaires entonner, à présent, le disque de la prolongation de la transition, à cinq mois de la fin de leur mandat. Mais cela est-il vraiment étonnant, quand on voit comment les 13 mois de la transition ont été riches en louvoiements et autres actes de diversion posés par le colonel Assimi Goïta qui a fini par concentrer l'essentiel des pouvoirs entre ses mains, au lieu d'aller à l'essentiel en posant des actes concrets devant conduire à l'enclenchement, en bonne et due forme, du processus électoral censé signer le retour du pays à l'ordre constitutionnel normal ?

On attend de voir la réaction de la CEDEAO qui se voulait ferme sur le respect du calendrier de la transition au Mali

Et que dire du revirement spectaculaire du Premier ministre, Chogel Maïga, qui, à présent qu'il est aux affaires, ne frémit même pas à l'idée de dire que les élections ne sont pas une priorité ? En vérité, on voyait les autorités de la transition malienne venir. Et tout porte à croire qu'elles viennent de tomber le masque de leurs intentions qui n'ont jamais été véritablement de remettre le pouvoir dans le délai imparti des 18 mois.

En tout cas, ce sont autant de changements de priorités qui peuvent non seulement être symptomatiques d'une navigation à vue, mais aussi laissent finalement croire que les putschistes du 18 août 2020 qui tiennent les rênes du pouvoir à Bamako, ont un objectif clair, celui de rester le plus longtemps possible au pouvoir, mais pas de vision pour sortir le Mali de l'ornière.

On en veut pour preuve, le peu d'empressement qu'ils montrent à engager véritablement le processus électoral à travers les actes fondamentaux annonciateurs de la tenue imminente des élections, comme le toilettage du fichier électoral, le calendrier d'enrôlement des électeurs et de retrait des cartes d'électeurs, etc. L'on peut même se demander si la question des mercenaires russes qui défraie actuellement la chronique sur les bords du fleuve Djoliba, ne procède pas de la même stratégie de diversion destinée à détourner l'attention des Maliens, de l'essentiel.

En tout état de cause, maintenant que les autorités de la transition jouent visiblement les prolongations, on attend de voir la réaction de la classe politique malienne qui a déjà affiché son désaccord. Au-delà, on attend de voir la réaction de la communauté internationale, notamment la CEDEAO qui se voulait ferme sur le respect du calendrier de la transition au Mali, et qui joue d'autant plus sa crédibilité que l'exemple du coup d'Etat du colonel Assimi Goïta semble avoir fait tâche d'huile en Guinée voisine où le président Alpha Condé a été renversé, le 5 septembre dernier, par un autre colonel, Mamady Doumbouya, devenu, depuis lors, le nouvel homme fort de Conakry.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X