Afrique de l'Ouest: Le Mali pourrait reporter ses élections, cherche des partenaires alternatifs à la France

27 Septembre 2021

Les élections présidentielle et législatives prévues au Mali début 2022 pourraient être reportées de quelques semaines ou mois, a affirmé dimanche à l'AFP le Premier ministre malien Choguel Kokalla Maïga, en confirmant chercher des partenaires alternatifs à la France et ses décisions unilatérales.

"Est-ce que cela se tiendra le 27 février (comme prévu initialement), ou (cela pourrait être repoussé) de deux semaines, de deux mois, de quelques mois, nous le dirons" à l'issue des "Assises nationales de la Refondation qui se tiendront d'ici fin octobre", a-t-il dit. "L'essentiel pour nous c'est moins de tenir le 27 février que de tenir des élections qui ne seront pas contestées", a souligné le Premier ministre.

Le calendrier électoral prévoyant une présidentielle et des législatives au Mali fin février, début mars, "a été fixé à partir des exigences de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest) sans se poser les questions de quelles sont les étapes pratiques qu'il faut franchir pour y arriver", a expliqué Choguel Kokalla Maïga.

A l'issue des Assises, "nous sortirons avec un agenda plus détaillé", a-t-il ajouté. "Il vaut mieux organiser des élections apaisées, reconnues par tous, plutôt que d'organiser des élections avec des contestations", a insisté le Premier ministre.

"Nous avons décidé d'être pragmatiques, d'être réalistes, c'est très important d'être réalistes en politique, d'être chevillés à l'opinion publique nationale qui est aujourd'hui en faveur d'élections crédibles et apaisées", a fait valoir le responsable civil, nommé par la junte au pouvoir en juin au terme d'un deuxième coup d'Etat militaire survenu au Mali en moins d'un an.

Interrogé sur les critiques portées à l'ONU sur la lenteur de l'application de l'Accord de paix de 2015, il a promis que l'Etat malien "continuera à le respecter".

Mais "il n'y a pas de dividendes de la paix" et la situation "a empiré", a-t-il noté. A l'époque "l'insécurité était à Kidal (nord). Aujourd'hui ce sont les deux tiers du pays qui sont envahis par les terroristes". Le peuple malien se pose désormais la question: "est-ce que cette ordonnance qu'on nous a prescrite" alors qu'"au bout de six ans le corps ne guérit pas, la maladie s'est même métastasée", "est-ce qu'il ne faut pas s'interroger".

Faut-il "changer d'ordonnance, de médecin, apporter un autre diagnostic, voilà les questions que se pose l'opinion publique malienne, mais la position du gouvernement est de dire que nous restons dans l'Accord", a-t-il dit.Lire la suite...

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X