Madagascar: Consommation - Vingt bateaux de PPN annoncés

Une importation massive de produits de première nécessité. C'est l'annonce faite par Andry Rajoelina, président de la République, à son arrivée à Ivato, hier.

De retour de son voyage à New York, pour prendre part au sommet de l'Organisation des Nations Unies (ONU), le chef de l'État a tenu un point de presse. Il a, notamment, annoncé une mesure pour lutter contre la hausse du coût de la vie.

Le locataire d'Iavoloha atteste qu'il est au fait des problèmes que la population rencontre au quotidien. En première ligne se trouve l'inflation. Andry Rajoelina annonce alors que vingt navires transportant des Produits de première nécessité (PPN), seront affrétés. Le Président ajoute qu'il sait, aussi, que la conjoncture du commerce international est, en partie, la cause de la hausse des prix sur les marchés.Que les coûts de frêt maritime, notamment, atteignent des sommets depuis quelques temps.

Bien que la conjoncture du commerce maritime soit compliquée, l'importation massive de PPN est la réponse étatique pour apaiser le choc de la hausse des prix des PPN sur le quotidien des ménages. « Nous allons importer du sucre, du riz et tous les PPN dont la population a besoin », déclare alors le président Andry Rajoelina. Le chef de l'État n'a pas donné d'indication sur le moment où ces vingt bateaux débarqueront à Madagascar. Il a, toutefois, assuré que les PPN qu'ils transporteront seront vendus à un prix accessible à tous.

Renverser la tendance inflationniste du coût de la vie est une des priorités étatiques. Une mission sur laquelle s'attelle Edgard Razafindravahy, ministre de l'Industrie, du commerce et de la consommation,depuis sa prise de fonction, en août. Dix jours après sa nomination, le ministre Razafindravahy a annoncé les décisions prises pour juguler la hausse des prix des produits de première nécessité. Une mesure effective durant six mois et qui s'applique aux produits du panier ménagère.

Collaboration

Durant cette conférence de presse qui s'est tenue à la Chambre de commerce et de l'industrie,Antaninarenina, le 26 août, le ministre de l'Industrie, du commerce et de la consommation a annoncé un florilège de prix plafonds pour différents produits compris dans le panier ménagère. Pour le riz local, par exemple, le prix ne doit pas dépasser les 2 300 ariary. Le riz importé ne doit pas dépasser les 2100 ariary, selon une publication sur la page Facebook du ministère de l'Industrie, du commerce et de la consommation, hier.

Un prix maximum a, également, été fixé pour l'huile de palme produite par Hita, dont l'usine se trouve à Toamasina. Le litre ne doit pas dépasser les 6 000 ariary. Pour l'huile de soja en vrac, le prix maximum est fixé à 7 000 ariary, et 7 500 ariary pour le libre vendu en bouteille cachetée.

Le prix de référence du sucre produit par les usines sucrières d'Ambilobe et Namakia est fixé à 2 600 ariary le kilo. Un prix maximum a, également, été fixé pour la farine. Le kilo doit se vendre à 2 600 ariary au plus.

Stabiliser les prix, faire en sorte qu'ils soient à la portée de tous les ménages et lutter contre les spéculations est une bataille quotidienne de l'État, par le biais du ministère de l'Industrie, du commerce et de la consommation. Hier, justement, Edgard Razafindravahy a tenu une réunion avec les représentants des associations des consommateurs.

Une collaboration entre le ministère et les associations des consommateurs pour l'effectivité et le respect des décisions annoncées le 26 août est l'objet de la réunion d'hier. Dans un premier temps, des affichettes présentant le prix maximum des PPN seront visibles auprès des détaillants et des grossistes. Une mesure qui sera effective dès cette semaine. Trois cent trente commissaires et cent quarante-sept inspecteurs de commerce feront, ensuite, des descentes sur terrain pour s'assurer que ces prix soient respectés. Ils seront appuyés par les associations des consommateurs.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X