Tunisie: Technologies de l'espace - Une start-up tunisienne active dans le domaine spatial reçoit un appui financier direct de l'UE

Tunis — La start-up tunisienne "SpAIcy", active dans le domaine spatial vient d'obtenir un premier appui financier d'une valeur de 27 mille euros (environ 88 mille dinars) de la part du gouvernement allemand et de l'Union européenne (UE).

Il s'agit de la première participation directe de l'UE au capital de la jeune entreprise tunisienne, créée il y'a plus d'un an et dont l'activité est concentrée sur le spatial.

La nouvelle vient d'être annoncée par l'incubateur « AFKAR » qui gère le programme « Diaspora For Developement «D4D », un programme mis en oeuvre dans le cadre du projet "Migration Progress - Mobilisation de la diaspora", soutenu par GIZ Tunisie en partenariat avec le Ministère de l'industrie et PME, l'Agence de promotion de l'industrie et de l'innovation (APII) et cofinancé par l'Union européenne en Tunisie et le ministère fédéral allemand de la coopération et du développement économiques (BMZ).

La start-up tunisienne, première du genre à travailler sur les images satellites pour lutter contre la migration irrégulière entre l'Afrique et l'Europe, avait déjà remporté le deuxième prix du Hackathon "Act in Space", organisé à l'échelle nationale, début décembre 2020. Sa version internationale est attendue en novembre à Toulouse en France.

D'après ses créateurs, la start-up tunisienne œuvre actuellement pour l'identification de nouvelles solutions innovantes basées sur les technologies de l'espace, dans plusieurs domaines vitaux en Tunisie comme à l'étranger.

« C'est la première fois que l'Union européenne investit directement dans une start-up active dans le domaine de l'espace en Tunisie. C'est une première dans le pays », annonce les fondateurs de "SpAIcy".

Contacté par TAP, Ahmed Fadhel, cofondateur de "SpAIcy" a déclaré que « notre objectif principal est de mettre l'Afrique et la région MENA sur la carte internationale des constructeurs en compétition pour le développement de satellites et des nano-satellites. Nous voulons intégrer ce monde de « new space », qui consiste à développer des satellites avec l'utilisation de composantes de haute gamme dédiées originalement à l'utilisation terrestre et avec une gestion intelligente de leur durée de vie ».

Les jeunes tunisiens créateurs de la start-up visent aussi, d'après Ahmed Fadhel, « à développer localement des nanosatellites et des micro-satellites en Afrique et dans MENA pour l'exportation et aussi pour l'observation de la terre et l'exploitation des données et images des satellites dans plusieurs domaines, dont l'agriculture et le climat».

En effet, l'ingénierie spatiale pourrait offrir plusieurs opportunités et crénaux aux jeunes ingénieurs tunisiens et servir à la création de start-up.

Il s'agit entre autres de "l'économie de l'espace ", des "recherches, enseignement et études pour l'accessibilité à l'espace", de "l'espace au service de la société" et de "la diplomatie de l'espace". Des projets pourraient aussi, être réalisés dans le domaine des services socioéconomiques liés à l'espace, dont l'observation des barrages par satellites.

MYK

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X