Congo-Kinshasa: Violences sexuels - Une enquête indépendante pointe des «défaillances structurelles» à l'OMS

Alors que le monde s'efforce d'arrêter le nouveau coronavirus, la République démocratique du Congo s'efforce également d'arrêter la propagation de la rougeole, une nouvelle flambée d'Ebola et des conflits armés, entraînant avec elle des violences sexuelles contre les femmes qui, en tant que soignantes, sont souvent en danger. les premières lignes des soins aux malades et aussi souvent blâmés pour la propagation de ces virus.

Une commission indépendante chargée d'enquêter sur les abus et violences sexuelles auxquelles se sont livrés des employés de l'OMS en République démocratique du Congo a conclu à des «défaillances structurelles» et des «négligences individuelles» de l'organisation.

Ces abus sexuels ont été commis par des membres du personnel, aussi bien embauchés localement que par des membres internationaux des équipes chargées de lutter contre l'épidémie d'Ebola qui a sévi en RDC entre 2018 et 2020, notent les enquêteurs qui ont interrogé des dizaines de femmes s'étant vu proposer du travail en échange de rapports sexuels ou victimes de viol.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X