Burkina Faso: Rencontres musicales africaines - La 4e édition se penche sur la problématique de la rémunération pour copie privée, avec le soutien de CANAL+

28 Septembre 2021

« Les Rencontres musicales africaines (Rema) » est un événement annuel qui réunit au Burkina Faso, des professionnels de la musique venant d'Afrique et d'ailleurs, pour échanger sur des thèmes liés à l'économie de la musique. Initiées par La Cour du Naaba, les Rema connaissent un succès grandissant depuis leur première édition qui a eu lieu en 2018. Cette année, ces rencontres auront lieu les 14, 15 et 16 octobre 2021 à Ouagadougou, sur 72 heures donc, avec au programme des rencontres d'échanges et de réflexion, des partages d'expériences entre acteurs du secteur de l'industrie musicale et sur le business de la musique en Afrique.

« Durant ces trois jours, nous vivrons des moments intenses à travers diverses activités qui rythmeront les rencontres pour le plaisir des acteurs et des fans de la musique sur plusieurs sites tels que l'Institut français, Canal Olympia Ouaga 2000, le Cenasa, le Foyer du renouveau, le Goethe Institut, Paongo 2.0. Pour les Rema 2021, nous élargirons le concept des keynotes pour partager des moments d'inspiration avec des icônes de l'industrie de la musique africaine mais aussi avec des artistes émergents », résument les organisateurs. Des showcases, pour lesquels 90% des artistes sélectionnés sont des Burkinabè, viendront donner une coloration particulière aux Rema.

CANAL+, sponsor officiel

Cette 4e édition est placée sous le thème « La rémunération pour copie privée, moteur pour la création musicale en Afrique ». Pour Alif Naaba, le promoteur de l'évènement, ce choix se justifie par certaines mutations enregistrées ces dernières années par le secteur de l'industrie musicale. « La copie privée, c'est ce que vous copiez par rapport à la musique : les clés USB, les téléphones. Il y a une taxe qui est prélevée, elle compense les artistes pour leurs créations. Il y a un travail qui est fait en collaboration avec la douane de chaque pays », explique-t-il.

D'après lui, le Burkina Faso est le premier pays africain francophone à l'avoir mis en place. Et aujourd'hui, la copie privée aide de nombreux artistes burkinabè. « Au Bureau burkinabè du droit d'auteur (BBDA), il y a un fonds qui aide les artistes à prendre des prêts pour la production de leurs œuvres. Ces fonds viennent des collectes de la copie privée. C'est pour cela que nous pensons que la copie privée peut booster la création», ajoute-t-il.

En organisant donc ces rencontres musicales, Alif Naaba et son équipe visent trois objectifs : la vulgarisation des outils du digital pour faciliter les activités des professionnels de la musique en tenant compte de l'économie locale, la consolidation et l'élargissement du réseau africain de professionnels des métiers de la musique mise en place depuis la création des REMA. Ils entendent aussi contribuer à la professionnalisation des métiers de la musique en Afrique pour en faire un levier de développement.

Fidèle partenaire de la culture africaine et burkinabè, CANAL+ a décidé d'apporter sa contribution à la réussite de l'évènement. CANAL+ soutient cette rencontre avec un apport financier. Sur le plan logistique, elle met la salle CANAL Olympia Ouaga 2000 à la disposition du Rema. Enfin, elle offre un accompagnement médiatique.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X