Congo-Brazzaville: Et le monde s'éveillera...

billet

Alors que les puissants de ce temps s'affrontent de façon affligeante comme on le constate dans la zone dite « Indo-Pacifique », l'humanité dans son ensemble prend la juste mesure du problème planétaire auquel elle se trouve confrontée en raison de la dégradation accélérée de la nature qui l'entoure. Et même si cela ne se clame pas encore sur la place publique avec une force suffisante, elle en vient à considérer de façon très juste que les dirigeants des grandes puissances ont une perception erronée, décalée, irréelle des obstacles qu'ils vont devoir surmonter dans les décennies à venir.

Un parcours rapide de la scène médiatique internationale et le survol des réseaux sociaux, dont l'influence ne cesse de croître en dépit de leurs divagations, montrent à quel point la stratégie des « Grands », qui ne vise qu'à accroître leur influence politique et à préserver leurs intérêts bassement matériels, est de plus en plus perçue par la population des cinq continents comme une menace d'autant plus dangereuse qu'elle aggrave les effets dramatiques du dérèglement climatique.

De plus en plus consciente des dangers mortels que génère pour tous les peuples la suractivité industrielle, l'humanité dans son ensemble ne comprend pas et supporte de moins en moins le duel qui oppose les Grands de ce monde. Tôt ou tard, elle manifestera son refus d'un comportement qui aggrave au-delà du raisonnable le danger que font courir à notre espèce la dégradation de la nature, la fonte rapide des pôles et des glaciers, la montée des océans, la hausse des températures, la multiplication des incendies, l'aggravation de la sécheresse dans de nombreuses régions de la planète.

Ce mouvement sera d'autant plus fort, vigoureux, brutal même que les pays riches gaspillent des sommes de plus en plus énormes pour accroître leurs forces militaires, mettre au point de nouvelles armes de destruction massive, faire de l'intelligence artificielle un outil au service de leurs ambitions, bref détourner le progrès scientifique de ses objectifs fondamentaux qui sont et devraient être l'élévation du niveau de vie de la population, la lutte contre les maladies et les pandémies, le progrès humain sous toutes ses formes, la formation et l'éducation des nouvelles générations. Peu perceptible dans le passé où le temps comme l'espace constituaient des barrières difficilement franchissables, la perception désormais planétaire des conséquences de la course aux armements dans laquelle se lancent aujourd'hui les Grands de ce monde ne peut provoquer à terme plus ou moins rapproché qu'une révolte collective dont l'influence croissante des mouvements écologistes constitue le prologue.

L'Histoire, la grande Histoire est là pour rappeler que les Etats et leurs gouvernements ont toujours été incapables d'anticiper, afin de les prévenir, les révolutions qui allaient changer leur vie. De l'Empire romain à la chute de l'Union soviétique en passant par la Révolution française, les Deux Guerres mondiales ou le réveil du Tiers-monde dans les années cinquante du siècle précédent, la liste est longue, très longue des événements majeurs qui ont changé la face du monde sans que les gouvernants de l'époque en prennent conscience et tentent de les prévenir.

Si l'on observe le temps présent de façon objective et si l'on s'affranchit des a priori sur lesquels repose le comportement fort peu raisonnable des grandes puissances, l'on en vient à considérer que l'Histoire a toutes les chances de se répéter sous une forme ou sous une autre avec la mise en question globale des défis stratégiques que se lancent les puissants de ce temps. Même si cela paraît irréaliste, il n'est pas impossible que la raison l'emporte sur la déraison dont font preuve les grandes puissances avec, au cœur de ce vaste mouvement, la crainte que suscite un dérèglement climatique dont les effets dramatiques se précisent de jour en jour sur tous les continents.

N'en doutons pas, le temps est proche où le monde s'éveillera, si cela n'est pas déjà fait.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X