Congo-Kinshasa: Un rapport accablant pour l'OMS

Alors que le monde s'efforce d'arrêter le nouveau coronavirus, la République démocratique du Congo s'efforce également d'arrêter la propagation de la rougeole, une nouvelle flambée d'Ebola et des conflits armés, entraînant avec elle des violences sexuelles contre les femmes qui, en tant que soignantes, sont souvent en danger. les premières lignes des soins aux malades et aussi souvent blâmés pour la propagation de ces virus.
28 Septembre 2021

Une commission chargée d'enquêter sur les abus sexuels commis par des employés de l'OMS a rendu un rapport identifiant plus de 80 cas d'abus sexuels.

Les faits remontent à 2018. Ils concernent des abus sexuels commis par des employés locaux ou expatriés de l'OMS, chargés de lutter contre l'épidémie d'Ebola. Les enquêteurs assurent avoir interrogé une dizaine de femmes à qui l'on a proposé du travail en échange de rapports sexuels.

D'autres encore ont été victimes de viol. Une Congolaise, qui a préféré garder l'anonymat et qui habite au Nord-Kivu, relate comment elle a été engagée après avoir dû offrir des faveurs sexuelles à un expatrié. " Pour être engagée à la riposte, j'avais fait plusieurs démarches qui n'ont pas été concluantes. Un ami qui était proche des expatriés m'a proposé, l'ami m'a dit qu'un expatrié m'a appréciée : si tu l'acceptes, tu seras directement engagée. J'ai été obligée de céder pour trouver du travail. J'avais commencé comme hygiéniste au centre de traitement de Katwa, un mois après j'ai été promue au poste de magasinière. Je ne suis pas la seule dans ce cas, j'ai vu plusieurs collègues qui, grâce au sexe, ont accédé à des postes chez nous au centre de traitement de Katwa, " confie t-elle.

Le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, s'est excusé pour le comportement des employés de son organisation qui se sont livrés à des violences sexuelles sur des dizaines de femme. Il a promis des conséquences sévères aux auteurs de ces faits.

Vulgariser autour des outils juridiques existants

Pour l'activiste sociale Chantal Faida, qui salue le courage des victimes et le travail des enquêteurs, il est du devoir des autorités congolaises de vulgariser les outils légaux qui existent pour dénoncer en cas de violence sexuelles. " Je vais citer ici les articles 13, 14 et 15 de la Constitution qui parlent de la protection des droits des femmes que ce soit dans la vie privée ou dans la vie publique. Mais ces articles, ces instruments, ces dispositions sont ignorés. Nous avons d'autres instruments nationaux, régionaux et internationaux qui sont ignorés. Et donc, c'est de la responsabilité de l'Etat de faire connaître les lois, " conseille Chantal Faida.

Sur la base des informations qu'elle a reçues, l'OMS a mis fin au contrat de quatre agents impliqués. S'agissant des autres, l'organisation a fait savoir que beaucoup avaient des emplois de courte durée et se verront bannir de tout emploi futur.

Par ailleurs, l'OMS transmettra les allégations de viol aux autorités nationales en RDC pour qu'elles enquêtent, ainsi que dans les pays d'origine des auteurs présumés.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X