Kenya: Les décès de travailleurs domestiques kényans en Arabie saoudite inquiètent Nairobi

Riyad, capitale de Arabie Saudite.

Au total, 89 Kényans, pour la plupart des domestiques, sont morts ces deux dernières années en Arabie saoudite. Et cela dans des conditions jugées douteuses à Nairobi par le ministère des Affaires étrangères qui plaide pour un moratoire sur l'envoi de travailleurs kényans à Riyad.

À en croire l'Arabie saoudite, la plupart de ces travailleurs domestiques kényans décédés sur son sol auraient succombé à des « crises cardiaques ». Mais le secrétaire d'État kényan aux Affaires étrangères ne cache pas ses doutes sur cette version officielle.

Auditionnée devant des députés la semaine dernière, Macharia Kamau, a qualifié ces décès de « douteux » « Il n'est pas possible que toutes ces personnes jeunes meurent de crise cardiaque », a-t-il déclaré.

Vers un moratoire sur l'envoi de travailleurs ?

Depuis le début de cette année, 41 travailleurs kényans décédés ont déjà été recensés à Riyad. C'est dix fois plus qu'en 2019 et bien plus également que dans les autres pays du Golfe, tout aussi friands de cette main d'œuvre bon marché.

Le secrétaire d'État kényan plaide donc pour que Nairobi impose un moratoire sur l'envoi ces travailleurs domestiques à Riyad tant que l'Arabie saoudite ne s'engage pas à prendre des mesures pour garantir leur sécurité.

Le recours à ces travailleurs est en effet encadré depuis 2015 par une convention signée entre le Kenya et l'Arabie saoudite. Elle prévoit notamment que les agences de recrutement soumettent au préalable les contrats de ces travailleurs à l'approbation du ministère kényan du Travail. Un garde-fou visiblement insuffisant, d'autant que de nombreuses agences opèrent sans être enregistrées, échappant ainsi à tout contrôle des autorités.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X