Cameroun: La Banque mondiale apporte 100 millions de dollars pour accélérer la transformation numérique et l'innovation agricole

communiqué de presse

Washington — La Banque mondiale a approuvé aujourd'hui un crédit de l'Association internationale de développement (IDA) d'un montant de 100 millions de dollars pour soutenir les efforts déployés par le Cameroun en faveur de l'inclusion numérique et de l'utilisation de solutions innovantes dans le secteur agricole.

Le Projet d'accélération de la transformation numérique du Cameroun vise à i) accompagner la mise en place d'un environnement stratégique, politique et réglementaire plus propice à l'émergence d'une économie numérique dynamique, sûre et inclusive ; ii) réduire les fractures numériques géographiques et sociales dont souffrent les zones rurales ; et iii) faciliter la mise en œuvre de solutions fondées sur les données pour stimuler l'innovation dans le secteur agricole.

Il bénéficiera aux habitants des zones rurales, et plus particulièrement aux utilisateurs finaux, aux secteurs public et privé, et à l'ensemble de la population en assurant un accès étendu et plus abordable à l'internet haut débit. Le projet permettra de connecter les bâtiments publics tels que hôpitaux, écoles et administrations locales, encourager l'entrepreneuriat numérique et soutenir les petits agriculteurs et les organisations de producteurs pour promouvoir l'adoption des innovations développées par les start-up agricoles. Au niveau macroéconomique, il devrait contribuer à une hausse de la croissance économique, de la productivité et de la création d'emplois, à la fois dans les secteurs du numérique et de l'agriculture et par ses retombées sur d'autres secteurs productifs.

« La faible couverture du haut débit et son coût élevé freinent la transformation économique du Cameroun et limitent sa résilience à des chocs comme la COVID-19. Le projet viendra appuyer des réformes de la politique publique et de la réglementation et un renforcement des capacités institutionnelles qui permettront d'améliorer l'accès au haut débit, mais aussi de stimuler la croissance et l'innovation, favoriser la concurrence et faciliter les investissements dans l'économie numérique et le secteur agricole », souligne Abdoulaye Seck, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun.

Le projet est constitué de trois composantes principales : la première s'attachera à permettre la mise en place des cadres stratégiques, politiques et réglementaires nécessaires à l'inclusion et la transformation numériques ; la deuxième sera axée sur la connectivité et l'inclusion numériques, et la troisième facilitera la mise en œuvre de solutions fondées sur les données dans le secteur agricole.

L'Association internationale de développement (IDA) est l'institution de la Banque mondiale qui aide les pays les plus pauvres de la planète. Fondée en 1960, elle accorde des dons et des prêts à taux faible ou nul pour financer des projets et des programmes de nature à stimuler la croissance économique, réduire la pauvreté et améliorer la vie des plus démunis. L'IDA figure parmi les principaux bailleurs de fonds des 76 pays les plus pauvres de la planète, dont 39 se trouvent en Afrique. Ses ressources bénéficient concrètement à 1,6 milliard de personnes. Depuis sa création, l'IDA a soutenu des activités de développement dans 113 pays. Le volume annuel de ses engagements s'est élevé en moyenne à 21 milliards de dollars au cours des trois dernières années, 61 % environ de ce montant étant destinés à l'Afrique.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2022/013/AFW

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X