Cameroun: Réseaux sociaux - Profession - influenceur

Sur Internet, ils se sont créé une identité et draînent des suiveurs par milliers. Zoom sur ces nouvelles stars nées et adulées dans l'espace virtuel, aux parcours souvent questionnables.

Entendons-nous bien ! Ce ne sont pas les femmes et hommes politiques, les stars de football ou les artistes musiciens ou du cinéma. Les influenceurs web ici, ce sont bien ces personnes, sorties de l'inconnu, qui draînent des internautes par milliers par la qualité de leurs publications sur les réseaux sociaux. L'influence dans ce cadre n'est pas toujours liée à un métier ou une compétence de base avérée ou reconnue. Elle vient surtout du caractère original, osé ou décalé des publications. Ça se bouscule, avec des commentaires positifs ou négatifs.

Sur les réseaux sociaux, les followers se recrutent en termes de millions sur Instagram et Facebook. Sur Twitter, l'unité de mesure de cette popularité virtuelle est le millier. La plupart des comptes suivis positionnent leurs produits, leurs idées, et s'auto-proclament coaches de vie. Mais qui sont-ils ? D'où viennent-ils? Question à mille inconnues.

Les internautes semblent séduits par l'image que ces influenceurs renvoient. Oubliant rapidement les casseroles souvent traînées par ces idoles d'un genre nouveau, ou le parcours sinueux qui les mène à cette gloire virtuelle. Il y a encore quelque temps, une université camerounaise a fermé ses portes à l'intervention d'une personne considérée comme «influenceuse» lors d'une conférence. Sans le dire explicitement, l'institution universitaire avait émis des réserves sur le parcours d'entrepreneure mis en exergue par le personnage.

Se pose alors la question de la légitimité pour la quasi-totalité de ces nouveaux maîtres du virtuel. Ils ont pris d'assaut l'espace numérique, sans démontrer d'expérience avérée dans un domaine précis. Les valeurs chéries sur certaines de ces plateformes laissent interrogateurs. Pourtant, ces influenceurs n'hésitent pas à s'ériger en donneurs de leçons. Les internautes, souvent jeunes, s'y accrochent. Désespérément pour les uns, avec distraction pour les autres. Ils sont en quête de sens ou de modèle. La personnalité qu'ils se forgent dépend fortement de l'image renvoyée par ces « influenceurs », s'ils ne veulent en faire une pâle copie

Souci : ces prescriptions virtuelles ne sont pas toujours encadrées. Le message envoyé résonne comme un ordre, une manière de vivre, un mantra pour certains. Au prix du suivisme inconscient pour une bonne partie de ces followers séduits. Et s'il s'agissait de la face visible d'une nouvelle génération désœuvrée en perte de repères ? CT interroge les parcours de ces influenceurs, leurs domaines privilégiés d'expression, ainsi que la perception que les internautes en ont, tout comme les retombées générées de part et d'autre par cette attraction virtuelle.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X