Cote d'Ivoire: Accès à l'eau potable/Laurent Tchagba - "La fraude fait perdre à la Côte d'Ivoire 56 milliards de F CFA par an"

Le ministre de l'Hydraulique s'est rendu, le jeudi 30 septembre, à Port-Bouët pour s'enquérir de la bonne exécution du projet Aptf.

Le ministre de l'Hydraulique, Laurent Tchagba a sillonné, durant trois jours (du 28 au 30 septembre), les communes de Yopougon, Attecoubé, Abobo et Port-Bouët pour s'enquérir de la bonne exécution du projet « Amélioration des performances techniques et financières du secteur de l'eau » (Aptf) et de son impact sur les populations bénéficiaires.

Au terme de la tournée, le jeudi 30 septembre, dans les quartiers Éléphant-Cocoteraie et Jean Folly de Port-Bouët, Laurent Tchagba, en présence du député-maire de Port-Bouët, Dr Emmou Sylvestre , s'est félicité de voir d'une part la joie des populations qui ont complimenté le projet qui leur permet d'avoir de l'eau dans leurs ménages et d'autres part de se rendre compte de la bonne pression dans les robinets.

Une occasion pour le ministre de l'Hydraulique d'inviter les populations à s'éloigner de l'eau fraudée dans leurs différents quartiers. « Je suis venu. J'ai vu dans des ménages l'eau qui coule avec une bonne pression. Je me félicite de voir ces femmes manifester leur joie et exprimer leur reconnaissance au Chef de l'État, S.E.M Alassane Ouattara, pour sa sollicitude. Je voudrais profiter pour vous exhorter à tourner le dos à la fraude. Car, nous avons mis sur pied une brigade de surveillance. Celui qui sera pris répondra de ses actes devant la justice. Tenez-vous bien, la fraude fait perdre 56 milliards de F Cfa chaque année à notre pays. Pourtant, si nous nous inscrivons dans la légalité, cette somme pourra servir à réaliser d'autres projets », a-t-il présenté.

Et d'ajouter que l'eau fraudée peut ne pas être de bonne qualité et peut à cet effet provoquer des maladies. Il n'est donc pas question, insiste-t-il, que l'eau qui est source de vie devienne source de maladies. Raison pour laquelle, le ministre continue la sensibilisation afin que les efforts du gouvernement soient bien compris et profitent aux populations.

A l'en croire, ce sont 10 433 branchements qui ont été posés dans la commune de Port-Bouët pour 14 903 clients encaissés sur un réseau de 134 517 mètre linéaire (ml). Au quartier Éléphant Cocoteraie, ce sont 3 450 branchements qui ont été exécutés pour 5 728 branchements payés. Le linéaire réseau est de 12 044 ml. Le quartier Jean Folly enregistre 1 140 branchements pour 1 728 branchements payés avec un réseau linéaire de 22 387.

Dr Emmou Sylvestre, lors du point de presse auprès du ministre Laurent Tchagba, en se félicitant de la desserte d'eau dans sa commune, a félicité le gouvernement qui se soucie du bien-être des populations ivoiriennes. Avant de relever que le besoin d'adduction en eau potable est une réalité à Port-Bouët. Et c'est dans ce sens que son conseil municipal a initié des rencontres avec les services du ministère de l'Hydraulique à l'effet de trouver des solutions à ce problème.

Ce projet, d'un coût global de 47 milliards de F CFA ,entièrement financé par l'État de Côte d'Ivoire, ce sont 155 quartiers et sous quartiers non canalisés du grand Abidjan qui sont concernés. Il s'agit pour ces zones de les connecter au réseau d'eau potable. Pour bénéficier d'un compteur d'eau, chaque bénéficiaire débourse 10 000 F CFA au lieu de 167 000 F CFA. Et l'État ivoirien paie la différence.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X