Congo-Kinshasa: Les profanations d'édifices religieux se multiplient

Cathédrale Saints Pierre et Paul à Lubumbashi, République démocratique du Congo. Le siège de l'archevêque de l'archidiocèse catholique romain de Lubumbashi. (Illustration)

Des lieux de cultes chrétiens profanés voire en partie détruits. En RDC, le phénomène se répète ces derniers mois. Des églises ainsi que d'autres lieux spirituels catholiques ont été vandalisés dans plusieurs régions. Des tombes de religieux protestants ont récemment subit le même sort. Après l'espace Kasaï et le Grand Katanga, la province du Kongo central vient d'enregistrer un cas.

Dans la nuit de jeudi à vendredi, des hommes armés ont investi une mission protestante à Mukubungu, dans le territoire de Songololo, à l'ouest de la RDC. Ils ont détruit des tombes où ont notamment été enterrés des missionnaires suédois. La société civile locale a condamné cet acte.

La semaine dernière, Mgr Fulgence Muteba, archevêque de Lubumbashi, avait dénoncé le vandalisme dans les lieux de culte catholiques de sa juridiction. Des inconnus y ont emporté des statues de la vierge Marie et d'autres objets considérés comme sacrés. Le même constat a été fait dans plus d'une dizaine de paroisses catholiques dans la province du Kasaï oriental.

Pour expliquer ces dégradations, différentes hypothèses sont étudiées. Plusieurs acteurs politiques de l'opposition estiment que ces profanations pourraient être une sorte de rappel à l'ordre aux deux confessions religieuses, habituellement les plus critiques du pouvoir. Tout cela dans un contexte tendu autour de la nomination du futur président de la commission électorale.

Mais pour d'autres Congolais, notamment sur les réseaux sociaux, il s'agirait avant tout de délinquance car certains objets dérobés dans les églises ont de la valeur. Un adepte des sciences occultes soupçonne, pour sa part, des pratiques destinées à obtenir, selon ces croyances, une puissance surnaturelle.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X