Guinée: Meurtre de sa femme à Madison - La somme de 5 millions de dollars de quotient réclamée pour Mamadou Diallo, 41 ans accusé d'avoir étranglé sa femme !!!

COLUMBUS, Ohio - Une caution en espèces de 5 millions de dollars a été établie pour Mamadou Diallo un homme accusé d'avoir étranglé sa femme et d'avoir mis le feu à son corps.

Mamadou Diallo, 41 ans, a comparu le samedi matin devant le Tribunal municipal du comté de Franklin.

Il est inculpé d'incendie criminel aggravé, de meurtre et de falsification de preuves en lien avec la mort de sa femme, Fatoumata Diallo, 32 ans.

Les pompiers du canton de Madison ont répondu à un incendie dans une maison du pâté de maisons 3500 de Noe Bixby Road peu avant 13 h 30. Jeudi.

Alors que les équipes ont maîtrisé l'incendie peu de temps après leur arrivée sur les lieux, les premiers intervenants ont trouvé Fatoumata Diallo dans le sous-sol de la maison.

Au cours de l'enquête, les autorités ont appris que Fatoumata Diallo avait été incendiée après avoir été étranglée.

Selon des documents judiciaires, elle a été retrouvée avec un câble coaxial enroulé autour du cou.

Mamadou Diallo avait déjà été inculpé de violences conjugales en 2018.

Lors de l'audience de samedi, un procureur a qualifié les faits de l'affaire de « extrêmement flagrants » et a demandé une caution de plus de 3 millions de dollars.

Le procureur a qualifié Mamadou de risque de fuite parce qu'il a plusieurs passeports, venait de rentrer d'Afrique et avait en sa possession 1 200 $ en espèces lorsqu'il a été arrêté.

Un avocat de la défense a déclaré que Mamadou vivait à Columbus depuis huit ans et qu'il était citoyen américain.

Un juge a fixé la caution à 5 millions de dollars en espèces en raison de risques de fuite, d'allégations selon lesquelles des enfants étaient à l'intérieur de la maison au moment du crime et d'autres faits de l'affaire.

Dans le cadre des conditions de la caution, Mamadou a reçu l'ordre de n'avoir aucune arme à feu en sa possession, de rester à l'écart du lieu où l'incident s'est produit et de remettre tous ses passeports. Il doit revenir devant le tribunal le vendredi 8 octobre.

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X